nc-logo-fb-simplenc-logo-twitternc-logo-pinterestnc-logo-instagram nc-logo-youtubenc-logo-google-plusnc-logo-rss nc-zoom-2nc-calendar-grid-61 nc-simple-removenc-button-plaync-button-pause nc-button-stopnc-curved-nextnc-tail-rightnc-tail-leftnc-volume-ban nc-volume-97 nc-volume-93nc-sun-cloud-hail nc-sun-cloud-light nc-sun-cloud nc-sun-cloud-fog nc-email-84nc-headphonenc-ic_photo_library_24pxnc-flash-21nc-single-02 nc-bars

EXCLUSIF | «Club social» de pédophiles: intrusion au cœur de la déviance

EXCLUSIF | «Club social» de pédophiles: intrusion au cœur de la déviance

André Faivre (Photo fournie par la SQ)

Exclusif | «Club social» de pédophiles: intrusion au cœur de la déviance grâce à un agent double de la SQ

il y a 9 jours

Pour la première fois, les détails entourant l'infiltration qui a permis l'arrestation de 15 présumés pédophiles qui faisaient partie d'un «club social» sont révélés. 

Si dix de ces pédophiles ont déjà été condamnés, c'est notamment grâce au travail de ce policier de la Sûreté du Québec qui a personnifié un pédophile pendant neuf mois.  

«Je vous avertis, c'est troublant. C'est choquant, mais c'est important d'en parler parce que ça existe. Parce qu'il y a des victimes. Des enfants qui ont été marqués pour la vie. Le travail d'enquête de la SQ dans cette affaire est incroyable.»  

Monic Néron

Avec son nom de code «Astro» - en référence à Astro Boy, ce petit garçon torse nu, personnage de bande dessinée -, il a réussi à entrer en contact sur un forum avec André Faivre, considéré le président du club social. Le policier s'est présenté comme un jeune homme de 25 ans à la sexualité «peu conventionnelle» et attiré par les garçons de 10 ans. Il dit avoir besoin d'aide car il ne sait pas comment gérer ça. 

Dès départ, Faivre fait tout pour le rassurer et lui faire comprendre qu'il est normal. Que les gens comme eux ne sont pas des abuseurs, qu'ils sont amoureux des enfants. Ils sont «BL» pour «Boy Lover» . Et en retour, les enfants sont amoureux d'eux. Ils sont leurs «LB», leur «Love Boy».

À la première rencontre dans un café situé sur la rue Sainte-Catherine dans le Village, l'homme de 70 ans lui dit qu'il a connu des milliers de garçons dans sa vie. Quelques rencontres plus tard, il lui montrera deux valises qu'il cache chez lui et qui sont remplies de souvenirs: 50 ans de relations intimes avec des enfants en photo. 

Il y aura un total 15 rencontres avec d'autres membres du club social entre février et novembre 2015. Et des dizaines de courriels.

Au cours des neuf mois d'infiltration, l’agent double comprend que pour opérer, la déviance doit être organisée. Pour ne pas se faire prendre, on lui suggère de s'approcher des enfants de façon subtile et naturelle. De devenir moniteur scout. Entraîneur sportif. D'opérer un foyer d'accueil. De faire de l'aide aux devoirs. De devenir ami avec des enfants de mères monoparentales de quartiers défavorisés. D'amadouer les enfants avec des jeux, avec de la crème glacée. D'emmener un petit voisin à la piscine publique. Dans un camp dans le bois pour la fin de semaine où on lui conseille de simuler des rituels indiens pour les déshabiller plus naturellement. De faire un tour de moto. On lui dit qu'il faut être patient. Que tisser la confiance peut prendre environ deux ans et que ça prend un plan. Le mot d'ordre: éloigner les femmes le plus possible car elles ont plus facilement des soupçons. Dans le club social, on les appelle «les féminounes».

Pendant leurs rencontres, les pédophiles regardent des photos, des vidéos et commentent les physiques juvéniles comme si de rien n'était. Ils sécurisent ensemble leurs ordinateurs avec des logiciels qui permettent de ne pas de retracer les adresses IP.

La Couronne entame ses plaidoiries finales jeudi.

Le juge Yvan Poulin devra ensuite trancher sur la culpabilité d'André Faivre. Rappelons que ce dernier a fait des aveux lors de son témoignage sous serment la semaine dernière alors qu’il témoignait pour sa défense.

Les 15 présumés pédophiles du «club social» ont été arrêtés en janvier 2016 dans le cadre de la frappe policière «Malaise».

Avec les informations de Monic Néron

Monic.neron@985fm.ca | 514-787-7809

Quart de nuit WE

En direct de 00:00 à 03:00

2108
100

Quart de nuit WE

avec Sylvain Ménard

Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.