Aller au contenu
Nouveaux seuils d'immigration

«Le vecteur, ça a été nos inquiétudes face à la langue française»

«Le vecteur, ça a été nos inquiétudes face à la langue française»
La ministre Christine Fréchette, le PM François Legault et le ministre Jean-François Roberge. / PC/Karoline Boucher

Le gouvernement du Québec a évoqué, jeudi, deux scénarios touchant les seuils d'immigration. L'un d'entre eux évoque la possibilité d'accueillir jusqu'à 60 000 nouveaux arrivants par année.

Or, lors de la campagne électorale, le premier ministre François Legault avait dit qu'il serait «suicidaire» d'accueillir plus de 50 000 d'immigrants sans menacer la langue française. Mais si les 60 000 immgrants avaient tous une connaissance du français, ça serait une autre histoire.

«Le vecteur d'action principal, ça a été vraiment nos inquiétudes par rapport à la langue française. Il faut améliorer le sort de la langue française. En immigration, en établissant des conditions incontouranbles de connaissance de la langue française, si on accueille plus de monde que 50 000, on se trouve à avoir plus de francophones.»

En soulignant que le statu quo (50 000) est toujours sur la table, la ministère donne les paramètres liées au niveau de français requis selon les types d'emplois.

On l'écoute...

Abonnez-vous à l’infolettre du 107.7 Estrie!Abonnez-vous à l’infolettre du 107.7 Estrie!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Philippe Cantin

«En France, c'est House of Cards, mais dans le réel» -Philippe Léger
Mussolini, Scurati et l'extrême-droite en France
«C'est un temps très, très difficile pour les partis au pouvoir»

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Musique
En direct
En ondes jusqu’à 00:00