Aller au contenu
Chronique économique

«Méfiez-vous de ce qui est écrit sur les sites d'entreprise»

«Méfiez-vous de ce qui est écrit sur les sites d'entreprise»
La chronique économique / Cogeco Média

Le chroniqueur économique François Gagnon rappelle aux auditeurs de se méfier de ce qui est écrit sur les sites d'entreprises. Effectivement, certains employés y écrivent parfois de bons commentaires pour attirer les clients.  

«Et là, le Bureau de la concurrence, cette semaine, a dit qu'à partir de cette semaine, ils feront des enquêtes sur les avis [laissés sur les sites web]. Il faudra que si les employés écrivent quelque chose sur le site de leur entreprise, ils s'identifient comme tels, sinon ils vont se faire taper sur les doigts et ça risque d'être extrêmement fort», souligne François Gagnon.

Écoutez-le expliquer pourquoi il demeure sceptique face à la mise en place concrète de cette réglementation...

Autres sujets : 

- Ère d'austérité à la SAQ...

Abonnez-vous à l’infolettre du 107.7 Estrie!Abonnez-vous à l’infolettre du 107.7 Estrie!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec François Gagnon

Une reprise immobilière lente en 2024
«Un pain par semaine puis un quatre litres de lait, c'est rendu 55$ par mois»
Situation au Moyen-Orient et en Ukraine: les impacts sur le prix du pétrole

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
En direct
En ondes jusqu’à