Aller au contenu
El Mundo a 35 ans

Mitsou n’est pas prête à dire bye bye à la musique!

Mitsou n’est pas prête à dire bye bye à la musique!
Mitsou au Gala des Gémeaux en 2023 / PC/Allen McInnis

L'album El Mundo, de Mitsou, a maintenant 35 ans. Celle qui fut tout d'abord connue comme chanteuse pour le grand public à la fin des années 1980 a désormais une carrière élarige dans les arts et les médias.

Dans la foulée de son duo avec Laurence Nerbonne, Patrick Lagacé a invité la pionnière d'un genre important dans l'histoire du Québec.

En fait, on regardait la chanteuse un peu de haut au tournant des années 1980-1990.

«Certainement, parce que je pense qu'à l'époque, il y avait... Comment dire ça? On était habitués à des filles qui avaient un autre genre d'aura.

«Je pense à Nathalie Simard, je pense à Martine St-Clair qui avait une drive, certainement beaucoup de talent, mais peut-être pas l'air frondeur que j'avais à l'époque. Et je suis arrivé comme une espèce de tonne de briques avec mon bagage culturel à moi, qui m'appartenait. Avec aussi une envie d'en donner plein les yeux, plein les oreilles. Et puis de ressembler à la musique que j'écoutais à l'époque.

«Parce que moi, ce que j'écoutais, c'était The Smiths, c'était les Rita Mitsouko, c'était ces groupes anglais, aussi. Puis je trouve qu'à l'époque, la musique que les jeunes écoutaient ne ressemblait pas à ce que l'on entendait à la radio. Et moi, j'avais vraiment envie de faire le pont entre ce qui se passait dans les clubs par exemple, ce qui était à la fine pointe des découvertes musicales de cette ère-là, et du showbusiness. Du showbusiness québécois qui était rempli de musique folk et de la vieille musique rock à l'époque.»

Aujourd'hui, elle note qu'elle a le meilleur des deux mondes, étant donné qu'elle s'occupe d'artistes.

Est-ce que son personnage des débuts a quelque peu occulté sa musique?

«Peut-être aux yeux d'une certaine intelligentsia de l'époque, mais en même temps, moi, ceux à qui je pense, c'est ceux qui achetaient mes albums et qui aimaient ma musique.»

Et aujourd'hui, en 2024?

«Mon amour pour le fait d'être en avant-scène, je l'ai ramené dans ma vie».

Elle trace le parallèle avec les gens qui se marient et se séparent. À un moment donné, «tu veux plus jamais» te marier de ta vie.

Mais...

«C'est l'amour de ma vie, la musique. Puis, si tu te fais rejeter une fois, deux fois, trois fois, à un moment donné, t'as juste plus envie d'essayer parce que ça fait trop mal. Puis, on est dans une époque différente aussi pour la musique. Donc, est-ce que je sortirais maintenant un album? Il faudrait vraiment que ça me tente, parce que c'est bien différent de ce que j'ai connu. Puis, en même temps, faudrait que ça soit pour l'amour de la musique, tout simplement, et rien d'autre.»

On écoute Mitsou...

Abonnez-vous à l’infolettre du 107.7 Estrie!Abonnez-vous à l’infolettre du 107.7 Estrie!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Patrick Lagacé

Après le mariage, la fête ne se déroule pas toujours bien...
«Je vais pouvoir dire que j'ai travaillé avec le grand Patrick Lagacé»
«Les mariés n'ont plus beaucoup de sous» -Valérie Bigras

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Le Québec maintenant
En direct
En ondes jusqu’à 18:30