Aller au contenu
Noyade d’un kayakiste

«La veste de flottaison fait la différence entre l'anecdote et le drame»

«La veste de flottaison fait la différence entre l'anecdote et le drame»
La Société de sauvetage du Québec rappelle l'importance du port de la veste de flottaison lors des sorties sur les plan d'eau. / Archives

Le début de la saison estivale a été marqué par un décès par noyade en Estrie, avec la mort d’un kayakiste d'une cinquantaine d'années dans la rivière Saint-François la fin de semaine dernière. 

Le directeur général de la Société de sauvetage du Québec, Raynald Hawkins, souligne l'importance du port de la veste de flottaison et des règles de sécurité sur l'eau. 

«C'est certain qu'on ne connaît pas toutes les histoires parce qu'en règle générale, une fois sur deux, les gens étaient seuls au moment de leur incident. Donc personne pour déclencher le 911, personne pour pouvoir justement tenter de sauver l'autre personne», mentionne M. Hawkins.

«L'enquête d'investigation aura lieu pourra peut-être nous permettre d'en apprendre plus. Habituellement, lorsque les gens se retrouvent par-dessus bord, la veste de flottaison fait souvent la différence entre l'anecdote plutôt que le drame.»

Raynald Hawkins était appelé à réagir sur les ondes du 107,7 Estrie à la nouvelle de la mort d’un kayakiste sur la rivière Saint-François dans le secteur de Westbury en fin de semaine. L'homme âgé dans la cinquantaine manquait à l’appel depuis samedi après-midi. Il a été retrouvé sans vie dimanche, rappelons-le.

Défaillances de personnes âgées

La baignade en piscine résidentielle demeure un problème. «On voit de plus en plus des noyades dans les piscines résidentielles, souvent à l'insu du parent», dit-il.

«Mais ce qu'on voit de plus en plus, ce sont les défaillances pour les personnes plus âgées. Les gens qui souffrent de maladies cognitives comme la démence, l'Alzheimer, ne se rendent pas compte qu'ils s'en vont se baigner seules et malheureusement elles ont des défaillances. Et lorsqu'on se met à leur recherche, on les retrouve dans le plan d'eau.»

Le directeur général de la Société de sauvetage du Québec fait également état d’une augmentation de 30% de sauveteurs formés en Estrie entre 2021 et 2024, ce qui est un signe encourageant pour la sécurité aquatique dans la région.

Écoutez l'entrevue accordée à Marc Toussaint.

Abonnez-vous à l’infolettre du 107.7 Estrie!Abonnez-vous à l’infolettre du 107.7 Estrie!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Marc Toussaint

La municipalité de Coaticook reprend son souffle
Le marché immobilier est en période de rattrapage prolongé au Canada
«Fanny, c'est ma béquille» - Richard Fortier

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Les meilleurs moments
En direct
En ondes jusqu’à 03:00