Aller au contenu
Atteint d’un cancer du cerveau

La médaille du courage pour Jason Di Tullio

La médaille du courage pour Jason Di Tullio
Photo courtoisie

Plusieurs intervenants du milieu du soccer québécois étaient sous le choc au début de l’été dernier après avoir appris que l’assistant-entraîneur du CF Montréal Jason Di Tullio était atteint d’un cancer du cerveau.

Ceux qui ont connu Di Tullio à l’époque de ses années de joueurs avec l'Impact savent à quel point le jeune homme est armé d’une force de caractère hors du commun. Quand on pense à Jason, on pense à « la Grinta », cette terminologie qu’il utilise toujours pour signifier ce désir de vaincre.

En Italien, «la grinta» signifie la ténacité. Et de la ténacité Jason en aura eu besoin. Il allait s’embarquer dans le combat de sa vie.

Il a dû traverser de longues périodes de traitement depuis le diagnostic. Après la radiation est venue la chimiothérapie. Mais heureusement, il répond bien au traitement et récemment, un moment extraordinaire lui est arrivé.

Le CF Montréal a eu le luxe de disputer son dernier match de la saison régulière à Montréal et aussi la finale du championnat canadien. Donc le club a passé tout ce beau temps en sol québécois, ce qui a permis à Di Tullio de reprendre ses fonctions.

«Je ne peux pas vous dire à quel point ça m’a fait du bien de me lever le matin et aller travailler. J’ai été présent pour la majorité des entraînements et des rencontres depuis quelques semaines. Je ne peux pas exprimer la joie que j’ai ressentie en voyant à quel point les gars étaient heureux de me revoir. Les nombreux mois passés ensemble en Floride en début de saison ont été difficiles pour l’équipe, mais cela nous a aussi permis de forger des liens très serrés.»

Di Tullio s’était entendu pour faire le maximum de ce qu’il pouvait, tout en écoutant son corps. Il a dû prendre quelques journées de congé ici et là à cause de la fatigue, mais tout cela était entendu avec l’entraîneur Wilfried Nancy.

Les deux hommes ont gardé contact durant toute cette période et échangeaient des idées de jeu à distance.

«Je vais vous avouer que ce que je vis est extrêmement difficile à sur le plan physique, mais aussi psychologique. Certaines journées sont meilleures que les autres. Mais de pouvoir rentrer travailler de façon normale m’a donné une énorme dose de motivation.»

Ce qui l’a frappé le plus, l’amélioration de certains de ses joueurs depuis la dernière fois qu’il avait eu la chance de les voir s’entraîner en personne.

Petit retour en arrière

Di Tullio était aussi l’assistant de Mauro Biello à l’époque où l’ancien numéro 10 était l’entraîneur-chef de l’équipe. Mais lorsque Biello a été viré, Di Tulio a aussi perdu son poste. Mais quelques années plus tard, Nancy et Olivier Renard ont jugé bon le rapatrier, chose qu’on voyait rarement avant chez l’Impact.

«Je ne voulais pas revenir simplement, car j’étais "le kid" de la place, l’ancien joueur de l’Impact. Je voulais qu’on pense à moi comme un homme qui avait sa place et pouvait apporter du concret. Je dois les saluer d’avoir eu cette ouverture d’esprit.»

Di Tullio a donc pu finalement mettre son grain de sel dans le but de préparer l’équipe pour les deux matchs les plus importants de la saison. Comme à l’habitude, les joueurs arboraient le nom de Jason sur la manche de leur maillot, comme ils l’ont fait toute la saison.

Et lors du dernier match, Di Tullio et les siens ont pu terminer la saison sur une note extrêmement positive, en remportant le championnat canadien. 

«Lorsque l’arbitre a sifflé la fin du match, j’ai immédiatement eu une pensée pour Wilfried. Je trouvais qu’il aurait tellement mérité de faire les séries. Lorsque nous nous sommes retrouvés face à face dans les célébrations, nous nous sommes tombés dans les bras. Nous nous sommes regardés dans les yeux, nous rappelant que 11 ans plus tôt nous entraînions ensemble l’équipe du Québec.»

Et lorsque la remise des médailles a débuté, Nancy a désigné Di Tullio pour mener l’équipe au podium. Il a été le premier à recevoir la médaille et le premier à qui on a passé le trophée après la remise officielle.

«C’est un geste de grande classe, de la part d’un homme de grande classe. J’étais un peu nerveux d’être le premier, car j’ai perdu un peu de ma vision à cause de mon opération. Mais finalement tout s’est bien déroulé...»

Di Tullio n’a pas caché qu’un titre en Ligue des champions au printemps prochain aurait une signification énorme pour lui. Curieusement, c’est aussi au printemps, au mois de mars, que devraient se terminer ses traitements de chimiothérapie. 

Di Tullio verra ses doses de comprimés augmenter lors des prochaines semaines, étant donné le rendement positif des traitements.

«Je n’ai pas de mot pour exprimer à quel point je suis reconnaissant envers le club pour leur appui lors de cette période difficile. Que ce soit de l’aide financière, morale ou même au niveau de mes thérapies, ils m’ont énormément aidé. Tout cela me permet de me concentrer sur ce que je dois faire pour me battre contre cette maladie. Pour cela, je leur en serai toujours reconnaissant.»

Di Tullio a aussi tenu à remercier l’aide offerte par tous les membres de sa famille et ses amis qui l’aident de façon quotidienne dans sa bataille.

Il profitera du week-end pour aller se reposer dans les Laurentides, avant d’attaquer la saison 2022. 

Selon ses propres dires, Nancy et lui travaillent déjà sur le plan de match pour la relance des activités, et surtout pour être fin prêt pour le défi de la Ligue des champions qui débutera dès la mi-février.

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Les grands titres
En ondes jusqu’à 05:30
En direct
75