Aller au contenu
Du travail à faire chez Soccer Canada

Soccer Canada: spectaculaire sur le terrain, désastreux dans les bureaux!

Soccer Canada: spectaculaire sur le terrain, désastreux dans les bureaux!
Photo : La Presse Canadienne

Le Canada a enfin une équipe de soccer compétitive digne de ce nom. En effet, les joueurs à la disposition de John Herdman sont de grande qualité. Les Alfonso Davies, Jonathan David, Stephen Eustaquio et Cyle Larin sont de talentueux joueurs évoluant en Europe qui performent au plus haut niveau lorsqu’ils enfilent le chandail unifolié.

Ces quatre joueurs sont entourés d’autres footballeurs qui sont sur la pente ascendante comme Kamal Miller, Alistair Johnston et Tajon Buchanan. 

L’équipe a tous les éléments en place pour faire bonne figure à la prochaine coupe du monde. Mais autant ça se passe bien au niveau sportif, autant du côté administratif, Soccer Canada est un désastre.

Les dossiers à régler fusent de toute part, et on peine à savoir par où commencer.

Les communications

Obtenir de l’aide de la part de Soccer Canada pour obtenir des accréditations ou planifier une entrevue est pratiquement impossible.

J’ai moi-même abandonné l’idée d’aller couvrir le Canada à la Coupe du monde, tellement c’est compliqué. Après m’être enregistré sur le site de la FIFA, j’ai laissé plusieurs messages à Soccer Canada qui, dans la grande majorité des cas, ont été ignorés. 

Je me souviendrai toujours de la Coupe du monde féminine qui a eu lieu au Canada. Après des semaines de messages laissés, je n’ai jamais pu obtenir mon accréditation, et nous n’avons donc jamais eu accès au Stade pour couvrir le tournoi. Je ne comprends toujours pas à ce jour ce qui s’est passé dans ce dossier.

Plusieurs collègues me relatent le même genre de problèmes. Des médias voulaient envoyer des journalistes couvrir les deux matchs amicaux de cette semaine. Mais Soccer Canada n’était pas en mesure de leur confirmer quel genre d’accès ils auraient aux joueurs. Ils ont donc décidé de laisser faire. Incompréhensible!

L’équipe n’a rendu aucun coach ou joueur disponible aux médias travaillant à distance, avant ou après chacun des matchs. Accessibilité, zéro! À part une seule disponibilité du coach par zoom au tout début du voyage.

Il nous est donc toujours impossible de jaser avec l’aide-entraîneur Mauro Biello. On a beau leur expliquer qu’au Québec il est important d’obtenir du matériel en français, ça ne change rien. Et avoir du matériel sonore en français des joueurs est aussi une grande rareté. On dit que c’est la décision d’Herdman, mais je doute qu’on ait tenté de lui faire valoir notre point.

On se demande sérieusement s’il y a véritablement un département des communications chez Soccer Canada, tellement c’est mal géré.

Ceux qui couvrent Soccer Canada depuis des années sentent vraiment que la fédération n’en a rien à foutre de leur travail.

Les uniformes

Lancez la faute à qui vous voulez, la fédération ou Nike, reste que le Canada sera la seule nation qui participera à la Coupe du monde sans nouvel uniforme. Les joueurs sont insultés, on l’a bien vu lorsque Jonathan David a caché le logo de Nike sur son chandail, après son but vendredi face au Qatar.

Le dévoilement du nouveau (pas nouveau) chandail sur les médias sociaux la semaine dernière a déplu à plusieurs amateurs.

D’ailleurs, partout où l’on cherche des chandails d’Équipe Canada, ils sont en rupture de stock. Non pas parce que le matériel s’envole des tablettes, mais parce que les magasins sont encore en attente de l’arrivée des commandes. C’est un désastre! Imaginez-vous les revenus qui se perdent.

Les ententes de travail

La fédération de soccer et ses joueurs n’ont toujours pas de terrain d’entente à savoir comment les joueurs seront rémunérés pour leur qualification à la Coupe du monde.

Les deux côtés négocient depuis des mois, mais nous voilà à moins de deux mois du grand tournoi et on attend toujours. Les joueurs ont même fait la grève l’instant d’un match cet été, annulant le match face au Panama, à cause de cela.

Ça, c’est sans compter le match face à l’Iran qui a dû être annulé pour des raisons politiques, ça fait vraiment broche à moins!

Quand John Herdman dit que les pays d’Europe ne rappellent pas les appels quand le Canada téléphone, ne vous demandez pas pourquoi.

Des ententes de droits mal négociés

Les joueurs canadiens accusent aussi Soccer Canada d’avoir négocié les droits de diffusion d’une façon non éthique.

Une enquête est d’ailleurs, en place pour déterminer s’il y a eu magouille dans cette histoire qui a été rapportée en primeur par le réseau TSN.

Résultat : le Canada joue ses matchs sur une plateforme web obscure que 99,9% des Canadiens ne possèdent pas. C’est donc dire que l’équipe joue dans l’anonymat le plus total.  

Il y a très peu d’opportunité de visibilité pour inciter des organisations à leur offrir de devenir commanditaire. C’est également une chance ratée d’aller chercher de nouveaux adeptes de soccer. C’est un non-sens total qui durera encore 7 ans!

Donc si sur le terrain les choses se passent bien pour Soccer Canada, c’est totalement le contraire au niveau administratif. C’en est gênant et désolant. Nous ne sommes pas sortis du bois.

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Description de l'image non disponible
En ondes jusqu’à
En direct
75