Aller au contenu
Après une baisse en 2020

Recrudescence «préoccupante» des cas d’ITSS en Estrie

Recrudescence «préoccupante» des cas d’ITSS en Estrie
Le condom est un bon moyen de se protéger contre les ITSS. / Fournie

Le nombre des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) sont en hausse en Estrie et son évolution est jugée «préoccupante». 

Après une baisse en 2020, les chiffres tendent à rejoindre la courbe prépandémique, avertit la Direction de santé publique de l’Estrie.

Ainsi, au cours de l’année 2023, près de 1950 cas d’ITSS ont été déclarés.

«Il faut retourner en 2018 et 2019 pour constater un tel nombre et un tel taux d’incidence», observe-t-on.

«On note particulièrement un nombre élevé d’infections gonococciques, soit plus de 240 en 2023, ce qui est comparable au maximum historique de 216 cas en 2019.»

«Je passe le texte»

Les personnes de 14 ans et plus sont donc invitées à participer à une activité dépistage des ITSS le 10 avril prochain à Sherbrooke.

La participation est gratuite et confidentielle. L’activité baptisée «Je passe le test» se déroulera au CLSC du 50 de la rue Camirand, de 8h30 à 19h30. 

Elle se veut aussi une opération de sensibilisation à l’importance du dépistage régulier des ITSS et du port du condom lors des relations sexuelles, incluant le sexe oral. 

Des infirmières en santé sexuelle du CLSC seront présentes pour effectuer des tests de dépistage. Il est possible de s’y rendre, sans rendez-vous, pour faire un test de dépistage. C’est rapide, sans douleur, efficace et 100 % confidentiel, assurent les organisateurs.

L'activité «Je passe le test» a lieu quelques fois par année à différents endroits sur le territoire estrien.

Les ITSS, telles que la chlamydia, la gonorrhée, le virus de l’immunodéficience humaine (VIH), le virus de l’hépatite C (VHC) et la syphilis, peuvent se transmettre lors de relations sexuelles non protégées, incluant les relations orales. 

«Comme ces infections sont souvent sans symptômes, il est possible d’en avoir et de les transmettre sans le savoir», indique-t-on.

«Le dépistage fait donc partie des stratégies pour en réduire la transmission et pour éviter les complications.»

À lire aussi:

Hausse des cas de VIH: «Il n’y a pas de prévention sur les ITSS et le sida»

Hausse foudroyante des infections transmissibles sexuellement et par le sang

Abonnez-vous à l’infolettre du 107.7 Estrie!Abonnez-vous à l’infolettre du 107.7 Estrie!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Sans réserve
En direct
En ondes jusqu’à 15:00