12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close
  • Accueil
  • Plaidoiries au procès d'Angel Emiro Guapacha

Plaidoiries au procès d'Angel Emiro Guapacha

Plaidoiries au procès d'Angel Emiro GuapachaCogeco Nouvelles
Angel Emiro Guapacha

Les avocats ont livré leurs plaidoiries au procès d'Angel Emiro Guapacha, accusé d'avoir agressé sexuellement une serveuse dans un bar de l'ouest de Sherbrooke.

Me Christian Raymond en défense soutient que les policiers ont visionné les images de seulement 3 caméras sur 16 qui fonctionnaient le soir des événements de janvier 2017.

Selon lui, la preuve révèle qu'ils se sont fiés au propriétaire du bar qui a déterminé les images pertinentes, ce qui constitue un cas de négligence grossière et inacceptable.

Angel Emiro Guapacha a consommé 13 shooters ce soir là et la défense est convaincue qu'il a été drogué à son insu par la serveuse qui voulait profiter de son argent.

Pour sa part, Me Gabrielle Cloutier du ministère public a plaidé que les 3 caméras retenues représentent 12 heures d'images vidéos démontrant la quasi totalité des interactions entre Angel Emiro Guapacha et la serveuse.

La preuve vidéo de l'agression sexuelle est éloquente et la victime était incapable de consentir aux gestes car elle était inconsciente.

L'agression lui a causé des saignements, des brûlures et des douleurs importantes 1 mois après les événements.

Me Cloutier soutient qu'on a aucune preuve qu'Angel Emiro Guapacha a été drogué à son insu et il est clair qu'il doit être déclaré coupable d'agression sexuelle.

Le tribunal rendra sa décision le 4 septembre.

 

En direct de 04:30 à 05:30
4540
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.