• Accueil
  • Les gilets jaunes manifestent pour un 12e weekend d'affilée

Les gilets jaunes manifestent pour un 12e weekend d'affilée

Les gilets jaunes manifestent pour un 12e weekend d'affilée Photo: AP

PARIS — Les gilets jaunes étaient de retour dans la rue, en France, samedi, pour maintenir la pression sur le gouvernement d'Emmanuel Macron et pour dénoncer le nombre de personnes blessées par la police dans le cadre de ces manifestations.

De nombreuses protestations ont eu lieu à travers l'Hexagone pour un 12e week-end d'affilée, afin de dénoncer des politiques économiques jugées favorables aux riches.

Plusieurs factions des gilets jaunes se sont dites prêts à présenter des candidats aux élections européennes de mai, tandis que d'autres figures de ce mouvement insistent sur l'importance de demeurer «apolitique».

Selon le gouvernement, environ 2000 personnes ont été blessées depuis le début des manifestations, le 17 novembre dernier, et de ce nombre, au moins quatre ont subi de graves blessures aux yeux. Par ailleurs, dix personnes sont mortes dans des accidents de la route liés aux actions des gilets jaunes.

Le plus haut tribunal administratif de France a statué vendredi que les forces de l'ordre peuvent avoir recours à des balles en caoutchouc pour maîtriser les foules.

Le Conseil d'État de France a rappelé que plusieurs manifestations n'avaient pas été annoncées ou ont dévié du trajet prévu, en plus de souligner le vandalisme et la violence récurrente. Il a conclu que l'utilisation de ces projectiles par les autorités ne constituait pas une «attaque grave» contre la liberté de manifester ou une atteinte droit de ne pas être soumis à des traitements inhumains ou humiliants.

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a renchéri dans un micromessage que «si la loi était respectée, il n'y aurait pas de blessés».

Les groupes de défense des droits de la personne et les élus de l’opposition s'inquiètent face à un projet de loi présentement à l'étude qui limiterait selon eux le droit de manifester.

La loi autoriserait des dirigeants locaux à interdire des manifestations s'ils considèrent que cela représente un danger pour la sécurité publique. Les participants à des manifestations violentes pourraient aussi devoir payer pour les dégâts causés, et il deviendrait criminel pour les manifestants de cacher leur visage pendant une manifestation.

Environ 69 000 personnes ont pris part aux manifestations de la semaine dernière, comparativement à plus de 80 000 lors des deux week-ends précédents, selon le ministère français de l'Intérieur.

 

Bonsoir les sportifs

Bonsoir les sportifs

avec Jérémie Rainville

En direct de 20:30 à 00:00
1666
100
LIVECogeco LIVE
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.