À vélo autour du monde

À vélo autour du monde
Photo fournie par Jonathan B. Roy
Le Franco-Ontarien Jonathan B. Roy pédale partout dans le monde, il a parcouru 31 000 km dans 36 pays depuis 2016, il est de passage au Québec entre deux continents.

15:12

Plus de 30 000 kilomètres à vélo dans 36 pays…  Non, on ne parle pas d’une nouvelle compétition sportive internationale, mais bien du parcours du Québécois Jonathan B. Roy depuis trois ans.

Pourquoi ce dernier vit-il principalement à l’extérieur du Québec depuis quelques années? Trois raisons expliquent sa démarche, comme il l’a souligné au micro de Patrick Lagacé à l’émission Le Québec maintenant.

« Je voyageais avant avec mon sac à dos et j’avais le goût de voir ce qu’il y avait entre les destinations touristiques. Un Français qui vient au Québec visite peut-être Montréal, Québec, Ottawa et Toronto, mais il ne verra pas ce qu’il y a entre ces villes : les paysages, le monde. À vélo, ça allait être la meilleure façon.

« Je suis parti pour une année à la base, mais je me suis dit que j’allais prendre mon temps de prendre mon temps. Et quand tu en as beaucoup pour voyager, tu peux arrêter où tu veux.

« Et, troisième raison, pourquoi je l’ai fait à ce moment-là dans ma vie. Je suis parti à 30 ans… Quelques années avant, ma mère est décédée du cancer. Son rêve, c’était d’aller en Italie. On repousse tous des rêves pour plein de raisons. Son rêve c’était ça et elle n’a pas réussi à le réaliser. Donc, je me suis dit qu’il n’y avait pas de moment parfait pour partir, mais qu’il y avait un moment qui pouvait se planifier d’avance. »

Roy a visité 14 pays d’Europe, dont le « Liechtenstein, qui m’a pris une demi-journée, l’Angleterre, la Yougoslavie, la Turquie, la Georgie et 4 ou 5 pays en «stan», l’Asie du Sud-est - j’ai habité en Malaisie durant une année -, Taïwan, Chine, Corée du Sud et Japon. Et là, j’arrive d’Amérique du Sud : Chili, Argentine, Uruguay et Brésil. »

« À la base, c'était de faire quelque chose d'extraordinaire dans ma vie. Aller à la rencontre des gens. »

Mais en écrivant pour Vélo-Mag, en écrivant un livre (Histoires à dormir dehors), en faisant des conférences, « j'ai réalisé qu'il y avait moyen d'en vivre. Pourquoi revenir travailler dans un bureau comme je faisais avant? Mes bas sont beaucoup moins bas, mais mes hauts sont beaucoup plus hauts que lorsque j'avais une vie conventionnelle. »

Et qu'est-ce que l'on apprend sur la nature humaine à voyager tant de cette façon, dans tant de pays?

« Le monde est encore mieux, encore meilleur que ce qu'on peut s'imaginer. les gens me demandent souvent quel pays est le plus accueillant? Ça va peut-être à l'encontre de ce que l'on entend, de ce qu'on lit, mais les pays musulmans, règle générale, sont ceux où je me suis fait le mieux accueillir: Azerbaïdjan, tous les pays de l'Asie centrale, la Malaisie, pour les cyclistes, l'Iran, aussi. »

Source: Photo fournie par Jonathan B. Roy

Source: Photo fournie par Jonathan B. Roy

Source: Photo fournie par Jonathan B. Roy

Source: Photo fournie par Jonathan B. Roy

Source: Photo fournie par Jonathan B. Roy

Source: Photo fournie par Jonathan B. Roy
En direct de 05:30 à 10:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.