• Accueil
  • Un geste de désobéissance acceptable?
Pâtisserie de Jonquière

Un geste de désobéissance acceptable?

Un geste de désobéissance acceptable?

Jeudi dernier, les policiers de Saguenay ont dû se rendre dans une pâtisserie pour intervenir alors que la commerçante, Stéphanie Hariot avait décidé d’admettre quelques clients dans son établissement, contrevenant aux règles gouvernementales en place.

Mentionnant à notre antenne être littéralement à bout de souffle, la propriétaire de la à la pâtisserie Vite des péchés a lancé un cri du cœur qui a été entendu aux quatre coins de la province.

Lundi matin, nos commissaires sont revenus sur le sujet à l’émission de Paul Arcand, alors qu’on leur demandait si la décision de la commerçante était acceptable.

Pour Nathalie Normandeau, ce n’est pas acceptable puisqu’elle avait une alternative qui permettait à sa clientèle de se procurer ses produits et de les prendre pour emporter. Il s’agissait d’un «plan b» acceptable selon elle.

«Malheureusement, elle souffre, beaucoup d’autres restaurateurs souffrent, mais si on se met à encourager la désobéissance civile comme elle le fait, je ne vois pas comment on va s’en sortir.»

Pour Luc Ferrandez, ce n’est pas acceptable, mais…

«J’arrive au même constat qu’on ne peut pas encourager la désobéissance civile, mais il y a des choses qu’elle dit qui ont plein de bon sens. D’abord un système qui envoie des entreprises à la faillite n’est pas un système qui peut durer. […] Ensuite, elle a une résistance sympathique. Elle est double vaccinée, elle vérifie le statut vaccinal et respecte les règles sanitaires demandées dans l’établissement. Ce n’est pas outrancier. Là où elle m’a touché, c’est lorsqu’elle dit qu’elle n’a rien eu pour ses efforts.»

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Fabi la nuit
En ondes jusqu’à 03:00
En direct
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.