• Accueil
  • Le français au Québec est menacé par la CAQ, selon l'opposition libérale

Le français au Québec est menacé par la CAQ, selon l'opposition libérale

Le français au Québec est menacé par la CAQ, selon l'opposition libérale

QUÉBEC — La défense et la promotion de la langue française au Québec sont menacées par le gouvernement caquiste, selon l'opposition libérale.

L'ex-ministre Christine St-Pierre, qui était responsable du dossier linguistique dans le gouvernement libéral, craint que l'administration actuelle effectue des compressions à l'Office de la langue française (OQLF) et se prépare à mettre la clé dans la porte du Conseil supérieur de la langue française (CSLF).

De plus, Mme St-Pierre s'interroge sur la compétence de la nouvelle présidente de l'Office, Ginette Galarneau, nommée par le gouvernement Legault, mais dépourvue de la moindre expertise selon elle pour gérer adéquatement la situation linguistique.

Étude des crédits pour la langue

Mme St-Pierre a pu questionner la ministre responsable de l'application de la Charte de la langue française, Nathalie Roy, pendant des heures, mardi, à l'occasion de l'étude des crédits budgétaires 2019-2020 dédiés à la langue française.

Elle s'est montrée inquiète de constater une diminution du budget consacré à l'Office de la langue française, au moment où le gouvernement engrange des milliards de surplus dans ses coffres.

La diminution est marginale (de 24,2 millions $ en 2018-2019 à 24,0 millions $ en 2019-2020), mais en tenant compte de l'augmentation des coûts de système, cela se traduira nécessairement par des compressions et des postes vacants non comblés, selon elle.

La situation paraît encore moins rassurante quand on constate que la direction de l'Office a été confiée par le gouvernement Legault à quelqu'un «qui ne connaît rien là-dedans».

«Elle a zéro expérience et expertise sur les questions linguistiques. Son CV est silencieux sur ses compétences pour diriger un organisme aussi important.»

La députée libérale a aussi tenté, en vain, d'amener la ministre Roy à s'engager à maintenir le Conseil supérieur de la langue française, l'organisme aviseur du gouvernement en matière linguistique.

Elle est revenue à la charge plusieurs fois, cherchant à obtenir des «garanties», mais la ministre Roy a répliqué en disant qu'elle n'était pas là «pour donner des garanties».

En entrevue avec La Presse Canadienne, Mme St-Pierre a rappelé que la position de la CAQ sur la question linguistique est fondée sur le rapport préparé par la députée caquiste d'Iberville, Claire Samson, qui proposait d'abolir carrément le CSLF.

«Cela me donne des indications selon lesquelles elle vise l'abolition» du Conseil, selon Mme St-Pierre, qui s'étonnait de voir que la ministre Roy est restée bien «silencieuse» mardi sur le sort à réserver à son organisme aviseur.

Pour éliminer cet organisme, la ministre devrait cependant modifier la Charte de la langue française. 

En direct de 03:00 à 04:30
3395
100
LIVECogeco LIVE
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.