• Accueil
  • François Legault ne veut pas affirmer sa confiance envers l'UPAC: «Je le comprends» -Robert Poëti 

François Legault ne veut pas affirmer sa confiance envers l'UPAC: «Je le comprends» -Robert Poëti 

François Legault ne veut pas affirmer sa confiance envers l'UPAC: «Je le comprends» -Robert Poëti Photo: archives La Presse canadienne
Le premier ministre du Québec François Legault

La classe politique québécoise a eu du mal à trouver les mots justes, jeudi, pour commenter de nouvelles tuiles qui s'abattent sur l'Unité permanente anticorruption (UPAC), jadis créée pour redonner aux citoyens confiance dans leurs institutions démocratiques. Le premier ministre a d'ailleurs refusé de réitérer sa confiance envers l'organisation. Le collaborateur du 98,5 FM et ancien ministre, Robert Poëti, comprends bien la position de François Legault.

Le Journal de Montréal a récemment appris que le Directeur des poursuites criminelles et pénales est en possession de plusieurs heures de témoignage de l'ancien chef des opérations de l'UPAC. En 2018, André Boulanger aurait déclaré sous serment aux procureurs que certaines enquêtes en cours pourraient avorter, car des policiers auraient fabriqué des preuves.

Le premier ministre, François Legault, a qualifié cette information «d'inquiétante», sans s'avancer davantage — il préfère laisser les procureurs faire leur travail. 

«Je comprends le premier ministre. Pourtant, j'ai toujours appuyé l'UPAC et le travail de ses policiers. Est-ce que l'histoire de Boulanger se peut ? Si oui, allons s'acheter un billet de lotto 6/49. [...] J'ai la ferme conviction que quelqu'un ment à propos de l'histoire des fuites médiatiques. Chose certaine, la confiance du public [voire du premier ministre] est ébranlée.»

«La cause de l'UPAC contre Guy Ouellette s'est effondrée comme un château de cartes, parce que le dossier était pourri. He pense que Ouellette avait raison dans cette affaire... A-t-il manqué de loyauté envers le caucus libéral de l'époque? Peut-être. Mais, c'est autre chose.»

L’UPAC a été créée en 2011 par le gouvernement libéral de Jean Charest dans le but d’apaiser l’opposition et le public à la suite de troublantes révélations de corruption dans l’industrie de la construction. 

Le 1er octobre 2018, Robert Lafrenière a démissionné de son poste de commissaire de l'UPAC.

Bonsoir les sportifs

Bonsoir les sportifs

avec Ron Fournier

En direct de 20:30 à 00:00
1216
100
LIVECogeco LIVE
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.