12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close
  • Accueil
  • ABI et les propos de Legault : «Il est intervenu avec de gros sabots»

ABI et les propos de Legault : «Il est intervenu avec de gros sabots»

ABI et les propos de Legault : «Il est intervenu avec de gros sabots»PC
François legault

En entrevue avec Bernard Drainville, le professeur associé en relation du travail à l'UQAM, Michel Grant, a commenté l’intervention du premier ministre François Legault dans le dossier de l’Aluminerie de Bécancour.

Depuis le 11 janvier 2018, les 1030 syndiqués d'ABI sont affectés par un lock-out décrété par l’entreprise.

Selon la version du syndicat, c’est l’employeur qui demande aux syndiqués de faire des concessions. Le syndicat n’aurait fait aucune demande.  

Depuis son élection en octobre dernier, le premier ministre François Legault a régulièrement commenté l’état des négociations. Par exemple, en avril dernier, le PM a dit :

 

«Quand on voit qu’un syndicat en demande trop. Mais le risque c’est de perdre des emplois à 92 000$ par année. Je pense que c’est important d’être raisonnable et je ne trouve pas que le syndicat est raisonnable»

Jugeant qu’il avait un parti pris pour l’employeur, le syndicat des Métallos a déposé une plainte contre le gouvernement québécois à l’Organisation internationale du travail.  

Au micro de Bernard Drainville, lundi, le professeur associé en relation du travail à l'UQAM, Michel Grant, a expliqué que les propos du premier ministre du Québec étaient pour le moins inhabituels. 

 

«Comme fonctionnement de l’État, il y a un ministre du Travail qui est là pour faire de la conciliation, pour inviter les parties à s’entendre et là, le premier ministre, au-dessus de la tête de son ministre du travail, dit : ‘’non, non, ça n’a pas d’allure ce qu’ils font’’. Ça ne peut que contribuer à durcir la position patronale en négociation»

Le professeur note aussi que la rémunération ne fait même pas partie des enjeux de la négociation tel que le souligne le premier ministre.

«Le syndicat a fait d’importantes concessions sur les libérations syndicales, sur le régime de retraite. Que veut-il de plus ? Qu’ils se mettent à genou et ensuite, à plat ventre ?»

«Dans ce dossier particulier, je trouve que le premier ministre est intervenu avec de gros sabots»

En direct de 05:30 à 09:30
1049
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.