• Accueil
  • «Si M. Charest se lance dans la course, il n’y aura pas de place pour un autre Québécois»

«Si M. Charest se lance dans la course, il n’y aura pas de place pour un autre Québécois»

«Si M. Charest se lance dans la course, il n’y aura pas de place pour un autre Québécois»Photo: Adrian Wyld / La Presse canadienne
L'ancien premier ministre du Québec, Jean Charest, en novembre 2019.

Certains politiciens, dont Jean Charest, Gérard Deltell, Pierre Poilièvre, Peter MacKay, Rona Ambrose et Erin O’Toole, réfléchissent actuellement à la possibilité de se lancer dans la course à la direction du Parti conservateur du Canada. Selon notre chroniqueur politique Dominic Vallières, la participation de Jean Charest éclipserait tout autre canadidat québécois. 

Course à la direction chez les conservateurs du Canada : ça se précise. | Au Québec, Dominique Anglade est prête pour la suite...

7:38

«Si M. Charest se lance dans la course, il n’y aura pas de place pour un autre candidat québécois, car les idées proposées vont trop se ressembler. En plus, M. Charest prendrait tout l’oxygène disponible au Québec…»

L’ancien premier ministre du Québec est convaincu qu’il peut redevenir chef du Parti conservateur. Il croit par ailleurs qu'il peut devenir premier ministre du Canada.

Selon La Presse, Jean Charest annoncera officiellement sa candidature entre le 20 et le 22 janvier.

Le prochain chef du parti sera élu le 27 juin à Toronto.

Pour participer à la course à la chefferie du Parti conservateur du Canada, un candidat doit trouver 300 000 $ de frais d'inscription et recueillir 3000 signatures de membres du parti.

La députée ontarienne Marilyn Gladu est la première membre du caucus et la seule femme jusqu'à présent à déclarer son intention de succéder à Andrew Scheer. 

En direct de 12:00 à 15:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.