• Accueil
  • «On demande aux parents d’être compréhensifs»

«On demande aux parents d’être compréhensifs»

«On demande aux parents d’être compréhensifs»Geneviève Guilbault (Courtoisie Émilie Nadeau)
COVID-19: 112 nouveaux décès au Québec. Les gens en bas de 70 ans pourront retourner au travail.

28:21

COVID-19: comment s'organise le retour en garderie pour les éducatrices et les enfants?

10:02

À moins d’une semaine de la réouverture des écoles et des services de gardes en province, la vice-première ministre Geneviève Guilbault a indiqué que tout ne sera pas parfaitement en place dès la première journée.

«C’est une évidence qu’on ne pourra rouvrir les garderies de la même façon qu’avant la COVID à 100% de leur capacité du jour au lendemain. Comme dans le reste, on va devoir y aller progressivement. La semaine prochaine, on en sera à une première phase de 30% de la capacité.»

Cela étant dit, le gouvernement Legault est bien conscient que cette réouverture partielle la semaine prochaine va compliquer le quotidien et l’organisation familiale des parents.

«Nous sommes face à une situation exceptionnelle qui amène des conséquences exceptionnelles et certains désagréments, c’est une évidence. On demande donc aux parents d’être compréhensifs à l’égard du fait qu’ils devront composer avec cet enjeu logistique supplémentaire» 

«En mode solution»

La vice-première ministre a demandé le même niveau de compréhension de la part des parents d’enfants du primaire ainsi que tout le personnel des écoles primaires. 

«Il y aura un maximum de 15 élèves par classe, donc, il y aura assurément un enjeu logistique. Mais on demande à tout le monde de se placer en mode solution. Si on est tous solidaires envers notre objectif de réouverture graduelle, on va y arriver tous ensemble. Soyons indulgents et compréhensifs pour les difficultés logistiques qui devront être surmonter dans les premiers temps»

Geneviève Guilbault a tenu à rassurer les enseignants qui craignent pour leur santé. Elle dit que c’est normal qu’ils aient des inquiétudes. 

Pas 60, mais 70 ans

La vice-première ministre a indiqué que la santé publique a clarifié sa position quant aux facteurs de risque liés à l’âge. 

«La santé publique a établi le facteur de risque à 70 ans et non à 60 ans. En bas de 70 ans, les gens peuvent retourner travailler sans risques importants pour la santé à condition de respecter les consignes de la santé publique: distanciation, lavage de mains, etc. Donc, ce sera possible pour les professeurs et éducateurs âgés entre 60 et 69 ans de reprendre le travail dès la semaine prochaine»

En direct de 05:30 à 10:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.