12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close
  • Accueil
  • Du riz derrière une infestation de coquerelles à l'OMH?

Du riz derrière une infestation de coquerelles à l'OMH?

Du riz derrière une infestation de coquerelles à l'OMH?

8:07

Du riz et des coquerelles à l'OMH de Sherbrooke

Cogeco Nouvelles a appris que l'Office municipal d'habitation (OMH) de Sherbrooke combat la présence de coquerelle dans un de ses complexes depuis 18 mois.

Le suspect numéro un : le riz.

Dans l’immeuble de 54 logements que l’OMH préfère ne pas identifier, des locataires ont signalé que d’autres faisaient entrer de grandes quantités de riz à l’intérieur.

D’après la directrice générale de l’organisme, Marie-Claude Bégin, ce riz provenant de l’international et acheté à rabais pourrait être à l’origine de l’infestation.

Elle précise cependant que d’autres sources pourraient aussi expliquer la situation.

Jusqu’à maintenant, l’OMH a déboursé environ 15 000 $ pour payer l’exterminateur, aider les locataires à préparer leur logement et faire de la prévention.

Il faut des rencontres de groupe et d’information pour  y parvenir. Des traducteurs sont même parfois appelés en renfort pour faciliter la compréhension du message.

Comme le rapport avec l’insecte n’est pas le même dépendamment des cultures, certaines personnes sont plus réfractaires que d’autres. Mme Bégin explique que face à ce type de scénario, l’OMH doit faire preuve de créativité pour convaincre tout le monde.

Le processus est long, mais Marie-Claude Bégin est optimiste de pouvoir éradiquer l’infestation éventuellement.

«On a espoir de régler le problème, affirme-t-elle. Les dernières fiches de traitement nous montrent qu’il y en a de moins en moins.»

Elle assure ne pas avoir eu à appeler la Régie du logement pour forcer un locataire de coopérer. 

En direct de 07:00 à 11:00
2087
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.