• Accueil
  • Isolement: «Il n'y a rien de plus important que ce que tu fais maintenant» -David Saint-Jacques

Isolement: «Il n'y a rien de plus important que ce que tu fais maintenant» -David Saint-Jacques

Isolement: «Il n'y a rien de plus important que ce que tu fais maintenant» -David Saint-JacquesPC/Archives
Coronavirus: il a passé 203 jours ''en confinement'' dans l'espace, David Saint-Jacques, astronaute canadien

18:42

Personne ne sait vraiment quand cesseront les mesures de confinement au Québec. Mais pas mal tout le monde connaît - ne fut-ce que de nom - un Québécois qui a une certaine expérience en isolement : l’astronaute David Saint-Jacques.

Il est vrai que le « confinement » de Saint-Jacques était volontaire pour sa mission qui l’a mené dans l’espace en 2018 et en 2019, « mais on a peut-être, moi et ma famille, un peu d’expérience », a-t-il révélé au micro de Mario Langlois en provenance de Houston où il réside.

Une période en 203 jours en isolement en orbite, en effet, ça ressemble à une expérience hors du commun.

« Il y a beaucoup de parallèles. D’abord, il faut s’organiser une routine. Ça ne vient pas tout seul. Il faut y penser. Si on passe la journée en pyjama, on n’accomplira pas grand-chose et très vite, on va devenir un frustré. Bien sûr, ce n’est pas tout le monde qui a la chance de pouvoir faire son travail de la maison, mais il y a quand même des choses à accomplir malgré tout ça.

« C’est important de s’organiser, de se structurer, de faire un horaire. Que les jours de semaine ne soient pas la même chose que ceux de la fin de semaine. Dès fois, ça peut être s’habiller différemment, régler l’éclairage, changer de pièce… »

« Et en groupe, s’entendre, où est virtuellement le travail, la maison, le terrain de jeu, même si on est tous dans la même pièce. Dans l’espace, c’était absolument nécessaire de faire ça. »

Et, au plan psychologique, David Saint-Jacques estime qu’il faut constamment « ne pas oublier la raison pour laquelle on fait ça. »

« Dans l’espace, vous pouvez imaginer que certains jours, ce n’était pas facile. Mais on pensait à la mission, la raison pour laquelle on la faisait et ça nous remontait le moral. Même chose présentement. Il y a une raison pour laquelle on fait ça. Pour protéger les plus vulnérables de notre société. »

« Se rappeler la perspective globale, ça aide. Mais en même temps, se concentrer sur le moment présent. Sur ce qu’on fait maintenant. Pas laisser son esprit trop partir sur ce qu’on aimerait faire, ce qui nous manque, ce qu’on a sacrifié, etc.

« Dans la station spatiale, il y avait un graffiti qu’on n’a jamais enlevé, laissé par un astronaute il y a très longtemps, qui disait : « Il n’a rien de plus important que ce que tu fais maintenant. » Ça aide à rester ancré dans le moment présent. »

Fabi la nuit
En direct de 00:00 à 03:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.