• Accueil
  • Le docteur Arruda s'arrête en Estrie

Le docteur Arruda s'arrête en Estrie

Le docteur Arruda s'arrête en EstrieCogeco Nouvelles
Le docteur Horacio Arruda, entouré du docteur Stéphane Tremblay et du docteur Alain Poirier.

Le directeur national de santé publique, Dr Horacio Arruda, était à Sherbrooke aujourd'hui.

Dans ce qu'il qualifie de « moment charnière », il entreprend une tournée des régions pour faire le point avec les autorités locales sur la COVID-19 et se préparer à une potentielle deuxième vague.

Revirement de situation majeur

Le point de presse a surtout été marqué par un revirement de situation majeur à l’échelle nationale.

Après avoir été abolis plus tôt cette semaine, le Dr Arruda a confirmé un gazouillis du nouveau ministre de la santé Christian Dubé en annonçant que les bilans quotidiens reprendront lundi.

Il a expliqué que la décision avait été prise en raison de la réaction du public et s’est défendu d’avoir voulu, auparavant, cacher de l’information au public.

Nullement embarrassé par le revirement de situation, Dr Arruda a plutôt indiqué que d’autres décisions du genre pourraient être prises dans le futur.

Préparer la deuxième vague

Certain qu'il y aura d'autres cas et d'autres morts dans une potentielle deuxième vague, le docteur Arruda a aussi indiqué qu'il y aurait un changement dans l'approche des autorités face aux prochaines éclosions.

Ce qui est important, c’est que ça ne flambe pas.

D’après lui, la santé publique devra intervenir rapidement pour endiguer les éclosions aux endroits où elles surviennent.

Et si on a à confiner, on aura à confiner de petits secteurs et peut-être de façon variable.

Il a aussi, et ce à plusieurs reprises, invité les gens à porter un masque ou un couvre-visage dans les lieux publics et à respecter les consignes de sécurité.

La situation estrienne

En point de presse, le Dr Arruda a également offert sa lecture de la cause du départ fulgurant de la pandémie en Estrie.

Selon lui, la semaine de relâche a été à l’origine des nombreux cas en région tôt dans la pandémie.

Alors que personne ne savait que les cas asymptomatiques étaient contagieux, des gens fortunés et œuvrant dans le système de santé ont voyagés ou rencontré des gens qui revenaient de l’étranger.

Il ajoute que la situation a pu se redresser rapidement et positivement parce que l’éclosion a été limitée dans le temps, que la région n’est pas aussi densément peuplée que Montréal et que le travail des équipes de la Santé publique sur le terrain a été efficace.

Le Hockey des Canadiens
En direct de 18:00 à 22:30
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.