• Accueil
  • Confinement et couvre-feu | « Le gouvernement ne va pas tout relâcher en février» -Horacio Arruda

Confinement et couvre-feu | « Le gouvernement ne va pas tout relâcher en février» -Horacio Arruda

Confinement et couvre-feu | « Le gouvernement ne va pas tout relâcher en février» -Horacio ArrudaPhoto: La Presse canadienne
Le directeur national de la santé publique, Horacio Arruda
Comment accueillez-vous un possible prolongement du couvre-feu au delà du 8 février? Dr Gaston De Serres

14:41

Largement respecté, le couvre-feu donne des résultats positifs, selon le directeur national de la santé publique Horacio Arruda. Or, le nombre d'hospitalisations demeure toujours «beaucoup trop élevé» dans les hôpitaux. Selon lui, bien des règles actuelles continueront d’être imposées par le gouvernement Legault après le 8 février.

Dr Horacio Arruda, directeur national de la santé publique

16:52

Dr Horacio Arruda, directeur national de la santé publique

​Le couvre-feu donne des résultats et le bilan ​est ​à la baisse depuis dix jours au Québec​. Bonne nouvelle en ce qui concerne la vaccination, ​la​ première dose de vaccin ​contre la CO​VID-19 est​ maintenant​ terminée dans les CHSLD de la province. ​Ce qui est plus préoccupant, ​​c'est le nombre d'hospitalisations​ qui ​demeure toujours « beaucoup trop élevé » dans les hôpitaux du Québec. ​

Détails

«Nous devrons prendre les moyens de nous assurer que les consignes sanitaires de base soient de nouveau respectées. Honnêtement, on ne peut pas penser qu’en février le gouvernement va tout relâcher. Ça ne sera pas facile au cours des deux prochains mois. En plus, de nouveaux du virus variants pourraient changer la donne. On va annoncer des mesures pour la fin du confinement, le 8 février.»

À vrai dire, peu de choses vont changer à compter du 9 février.

Rappelons qu’un confinement et un couvre-feu sont en vigueur du 9 janvier au 8 février 2021 inclusivement dans tout le Québec, sauf les Terres-Cries-de-la-Baie-James et le Nunavik. Ces mesures sont en place afin de freiner la propagation du virus et protéger la population, dont les aînés, les personnes vulnérables et les travailleurs de la santé.

Quant à la vaccination, l’administration de la première dose de vaccin contre la COVID-19 est maintenant terminée dans les CHSLD de la province.

Malheureusement, Pfizer-BioNTech a annoncé tout récemment que la livraison des doses de son vaccin contre la COVID-19 serait amoindrie au Canada, au début février.

À cet égard, Paul Arcand a demandé à M. Arruda quelle part de la population doit être vaccinée afin qu’elle soit protégée de manière satisfaisante.

«Au moins 70 % de la population devra être vaccinée avant d’atteindre un effet perceptible d’immunité. Cela dit, on ne sait pas encore si le vaccin empêche la transmission d’une personne à une autre. C’est-à-dire qu’une personne vaccinée et infectée (asymptomatique) par la COVID-19 pourrait donner celle-ci à quelqu’un d’autre...»

Le Hockey des Canadiens
En direct de 18:00 à 22:30
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.