• Accueil
  • Le livre «Carnets de fuite» : quand l’autodestruction n’est pas une panacée

Le livre «Carnets de fuite» : quand l’autodestruction n’est pas une panacée

Le livre «Carnets de fuite» : quand l’autodestruction n’est pas une panacée Photo fournie par l'auteure | crédit Julien Faugère
La comédienne et auteure Eliane Gagnon

La comédienne et scénariste Eliane Gagnon propose un premier livre intitulé «Carnets de fuite», qui traite des dérobades géographiques, des déroutes affectives, des abus multiples et des comportements destructeurs.

Cette trentenaire montréalaise a longuement bourlingué sur les mers de l’abus, afin d’apprécier davantage le présent et d'engourdir le passé, par la même occasion.

Banff a été sa première fuite géographique. À partir de ce moment, Éliane a compris qu’elle pouvait se sauver dès que le mal de vivre la regagnait, inévitablement. 

«Je me suis beaucoup promené ; j’ai beaucoup consommé et j’ai fait beaucoup fait de blackouts. J’ai perdu beaucoup de souvenirs et de temps. Je pense que tout ça part d’un vide affectif, d’un trou dans mon cœur. J’avais aussi un important manque d’amour-propre. Par ailleurs, j’ai un tempérament excessif et compulsif. Je suis téméraire et je veux vivre des sensations fortes. Au final, j’ai souffert durant près de 15 ans. J’ai toujours su que j’avais un trouble de la dépendance. Je savais toutefois que je devais changer pour atteindre une certaine sérénité, mais je n’étais pas prête. J’ai [notamment] perdu mon permis de conduire à l’âge de 20 ans. C’était toujours la même histoire qui se répétait. Je ne sentais pas d’évolution. Un jour, j’ai réalisé que j’avais besoin d’être fière de moi-même…»

Aux dires de l’auteure, devenue maman à la fin 2018, Carnets de fuite n’est pas une autobiographie. Or, le bouquin est inspiré de certains moments de sa vie. Selon Eliane Gagnon, c’est de l’«autofiction».

«Aujourd’hui, je vais beaucoup mieux. Ma vie n’a rien à voir avec celle d’avant. C’est le jour et la nuit. Ceci dit, j’ai eu des moments de plaisirs dans la consommation. Et je ne veux pas démoniser l’alcool. Par contre, je suis consciente de son impact toxique dans ma vie.»

Mentionnons qu’Eliane Gagnon est sobre (à propos de la drogue, y compris l'alcool) depuis près de trois ans. Elle a d'ailleurs fondé la plateforme numérique Soberlab, en 2017.

Soberlab est défini comme une communauté de gens qui ont envie de mener une vie sobre, saine et créative, loin de la souffrance que leurs dépendances, troubles ou comportements destructeurs peuvent occasionner au quotidien.  

Lili-Love et Lili-Destroy

Carnets de fuite est le voyage des alter ego de l'auteure, Lili-Love et Lili-Destroy.

C'est aussi le récit d'une quête de liberté et de bonheur à travers un itinéraire rempli de détours et d'embuches.

Le livre contient 216 pages. Il est publié par Libre Expression.

Synopsis 

Eliane Gagnon a fumé son premier joint à onze ans. Insouciante, elle s'est laissé prendre dans le cercle vicieux de la vie de party. Pendant longtemps, elle a essayé d'arrêter de boire, de consommer, convaincue chaque fois que c'était pour de bon… Ç'a été un combat difficile. Mais elle touche enfin à la liberté ; elle est sobre depuis le 27 février 2016. C'est ce qu'elle raconte dans ce récit extrêmement personnel, où elle fait état de ses nombreuses fuites et de son cheminement vers la sobriété.

En direct de 18:00 à 22:00
1517
100
LIVECogeco LIVE
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.