12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close
  • Accueil
  • Les Sharks font fi de la controverse

Les Sharks font fi de la controverse

Les Sharks font fi de la controverseAP

SAINT-LOUIS - Ne parlez pas à l'entraîneur-chef Peter DeBoer de la chance qui semble jouer en faveur des Sharks de San José depuis le début des séries.

« Ça me dérange quand vous utilisez des mots comme celui-là parce que notre équipe a survécu à quatre ou cinq matchs où elle faisait face à l'élimination, à 12 ou 15 périodes de hockey contre Vegas et le Colorado, a dit DeBoer. C'est complètement ridicule. »

Ridicule ou non, les Sharks ont profité de quelques bonds favorables dans leur parcours.

Le plus récent est survenu mercredi, sur le but vainqueur en prolongation d'Erik Karlsson face aux Blues de St. Louis. Les arbitres n'ont pas vu que Timo Meier avait poussé la rondelle avec sa main droite, ce qui a mené au but de Karlsson. Les Sharks se retrouvent donc avec un avantage de 2-1 dans la finale de l'Association de l'Ouest avant le quatrième match, présenté vendredi à St. Louis.

Meier a été crédité d'une aide sur la séquence, tournant le fer dans la plaie pour les Blues.

« C'est un sport rapide, a dit Meier. Je suis tombé sur la glace. J'ai reçu un double-échec alors que la rondelle était dans les airs et je suis tombé. J'ai levé les yeux, puis la rondelle était dans le but et je voyais mes coéquipiers célébrer. »

Malheureusement pour les Blues, les règlements de la LNH ne permettaient pas une révision de la séquence.

« Ça arrive tellement vite sur la glace, vous voyez les corps revoler dans tous les sens et il faut prendre une décision en une fraction de seconde. C'est facile quand vous êtes devant votre écran de télévision de critiquer quelqu'un qui a fait une erreur sur un jeu qui s'est produit en une milliseconde. Parfois, les décisions ne vont pas en votre faveur et parfois, elles vont en votre faveur. Nous sommes ici. Si vous minimisez la valeur de cette réalité, je crois que c'est irrespectueux envers notre groupe et ce qu'il a accompli. »

Au premier tour des séries, les Sharks accusaient un retard de 3-0 sur les Golden Knights de Las Vegas dans le septième match quand la rencontre a chaviré lorsque les arbitres ont accordé une punition majeure à Cody Eakin. Lors du tour suivant, l'Avalanche du Colorado croyait avoir créé l'égalité dans le match ultime, mais le but a été annulé à la suite d'une révision vidéo puisqu'il y avait hors-jeu sur la séquence.

Cette fois, la décision controversée a eu lieu sur le dernier jeu de la rencontre, ce qui amplifie peut-être le sentiment d'injustice. Contrairement aux Golden Knights et à l'Avalanche, les Blues n'ont jamais eu l'occasion de s'en remettre.

L'erreur était tellement flagrante que plusieurs preneurs au livre de Las Vegas ont offert des remboursements à ceux qui avaient parié pour les Blues. Pour leur part, les Blues préféraient ne pas s'apitoyer sur leur sort.

« C'est un défi et c'est comme ça que vous devez le voir, a dit l'entraîneur-chef Craig Berube. C'est difficile à accepter, mais c'est un défi. Et nous avons été défiés à maintes reprises pendant la saison et les séries, et nous sommes bons quand vient le moment de rebondir. »

Berube a préféré noter que son équipe aurait pu l'emporter en temps réglementaire.

« Nous ne pouvons pas regarder seulement ce moment. Il ne va jamais changer. Nous avons le choix entre en parler pendant les prochains jours et ne pas être prêts pour le prochain match ou simplement tourner la page et nous rappeler que nous sommes toujours en vie dans la série, avec l'occasion de créer l'égalité 2-2. Nous allons nous concentrer sur la deuxième option. »

En direct de 03:00 à 07:00
2012
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.