• Accueil
  • 50e anniversaire des Expos: les plus beaux souvenirs de Charles Bronfman

50e anniversaire des Expos: les plus beaux souvenirs de Charles Bronfman

50e anniversaire des Expos: les plus beaux souvenirs de Charles BronfmanPC/Chris Young
Charles Bronfman

Soirée de célébrations, mardi soir à Montréal, afin de souligner les 50 ans des Expos de Montréal et la contribution de leur propriétaire-fondateur, Charles Bronfman.

Lors d’une soirée qui s’est déroulée dans le Vieux-Montréal, le légendaire homme d’affaires et philanthrope montréalais désormais a bien voulu souligner les plus beaux moments, voir, les plus émouvants, de son association avec les Expos.

« Le première journée à New York (premier match de l’équipe) fut vraiment importante pour nous. Il y avait le collège militaire royal  et 40 000 Américains debout pour entendre l’hymne national canadien. Le deuxième plus beau souvenir fut le match d’ouverture au parc Jarry. Après? Probablement le match des Étoiles disputé à Montréal (1982). Et aussi le jour où nous avons battu les Phillies, chez eux, à Philadelphie, pour aller affronter les Dodgers en série de championnat. Et puis, ce fut l’une des pires journées…»

Tous ceux qui étaient là en 1981 se souviennent évidemment du circuit de Rick Monday – un lundi – qui a empêché les Expos d’aller affronter les Yankees de New York en série mondiale.

La classe

S’il fallait résumer Charles Bronfman en un mot : la classe. Tous ceux qui l’ont côtoyé s’entendent là-dessus, notamment l’ancien lanceur québécois Claude Raymond qui est arrivé à Montréal  en provenance d’Atlanta.

« La classe. La grande classe. Quand je suis arrivé des Braves d’Atlanta, le 19 août 1969, je me suis aperçu tout de suite que lors que l’on allait à l’étranger, c’étaient des hôtels de première classe. Les avions étaient des avions nolisés. Monsieur Bronfman invitait chez lui, à l’automne, les joueurs et instructeurs. Et en décembre, au Ritz-Carlton ou au Reine-Élisabeth, il faisait un gros party pour les médias et les amateurs. »

Sentiment partagé par Richard Morency qui a été vice-président des Expos dans le passé.

« Charles Bronfman est devenu en peu de temps quelqu’un de très reconnu dans le baseball majeur. Il était très respecté des grands gourous des Dodgers et des Yankees. Ces gens-là ne poussaient pas Monsieur Charles. Tout le monde l’appelait Monsieur Charles. »

En direct de 00:00 à 03:00
1846
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.