• Accueil
  • Le prix à payer: «Trois Honda contre une Mercedes, ça n'arrive pas» -Marc Bergevin

Le prix à payer: «Trois Honda contre une Mercedes, ça n'arrive pas» -Marc Bergevin

Le prix à payer: «Trois Honda contre une Mercedes, ça n'arrive pas» -Marc BergevinBruce Bennett/Getty Images
Hockey - CH: Marc Bergevin, DG de l'équipe, questionné sous tous les angles

36:22

À l’aube de la saison 2019-2020 de la Ligue nationale de hockey, le directeur général du Canadien de Montréal Marc Bergevin a longuement conversé avec l’animateur Mario Langlois, aux Amateurs de Sports.

Offre hostile, masse salariale et plafond salarial, transactions, parité: tout y a passé.

Fait rarissime, le Canadien de Montréal a déposé cet été une offre hostile (42,5 millions $ pour 5 ans) au jeune attaquant des Hurricanes de la Caroline, Sebastian Aho, 22 ans, qui était joueur autonome avec compensation. Les Hurricanes ont égalé l’offre et le Tricolore est demeuré les mains vides.

Bien des observateurs chevronnés ainsi que de simples gérants d’estrade ont estimé que l’offre allait être égalée par la formation de la Caroline. Bergevin aurait-il fait les choses différemment?

« Premièrement, le joueur décide de signer l’offre hostile ou non. Et l’agent aussi... J’adorais le joueur. Notre équipe de management aussi. On a un propriétaire différent, là-bas… (Tom Dundon, quelque peu imprévisible). Avec les conversations que l’on avait, j’avais des raisons de croire que ça soit bien possible que l’on ait le joueur.

« La seule façon que, peut-être, aujourd’hui… Je fais un recul. C’est aller deux niveaux plus hauts et, peut-être, obtenir le joueur. Mais là, ça devenait un mauvais contrat. Ça devenait une grosse compensation. Je croyais vraiment qu’on avait une bonne chance de l’avoir. »

Quelques mois plus tôt, Bergevin disait pourtant qu’il n’était pas prêt de se départir de choix majeurs au repêchage afin d’obtenir un joueur d'impact. Si les Hurricanes n’avaient pas égalé l’offre, le Canadien aurait versé en compensation trois choix (1er tour, deuxième tour, troisième tour) en vue du repêchage de 2020 qui aura lieu à Montréal.

« Un choix de repêchage pour un de 22 ans, nuance Bergevin. Donner un choix de première ronde pour un joueur de 28 ans, c’est pas pareil. Tu sais que tu as le joueur - de 22 ans - pour 5, 6, 7, 8 peut-être même dix ans. »

Cela dit, Bergevin est un adapte de l’adage « tu n’as rien pour rien ».

« Si tu veux aller chercher quelque chose de très bon, tu dois donner quelque chose de très bon. Les ouï-dire : on donne trois Honda contre une Mercedes, ça n’arrive pas. »

En direct de 15:00 à 18:30
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.