12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close
  • Accueil
  • «Je sens des milliers de mains qui me retiennent» -Derek Aucoin

«Je sens des milliers de mains qui me retiennent» -Derek Aucoin

«Je sens des milliers de mains qui me retiennent» -Derek Aucoin

L’ancien lanceur Derek Aucoin sera intronisé en fin de semaine au Panthéon du baseball du Québec. Un honneur pleinement mérité pour celui qui est animateur radiophonique au 98,5.

Le grand public sait toutefois que le sympathique géant lutte contre un cancer du cerveau depuis plusieurs mois. En entrevue avec Mario Langlois aux Amateurs de sports, il parle de l’honneur qui lui est fait, raconte moult anecdotes du passé et nous parle de son opération.

« C’est un immense honneur. C’est toujours le fun de revoir des gens de la grande famille du baseball. Des gens que tu as côtoyés. René Marchand, qui va être intronisé, c’est le dépisteur des Expos qui m’a signé. J’ai tellement hâte de le revoir. Mario, si tu savais la délégation de New York, de la Californie et du Texas qui est venue ici, à Québec, pour la journée de demain. J’en ai les yeux mouillés ».

Outre des amis qu’il a connu au cours de sa carrière dans le baseball professionnel en Amérique du Nord, Derek Aucoin sera accompagné de son fils Dawson et de sa femme Isabelle.

L’ancien joueur se souvient que tous ses plus beaux souvenirs d’enfance sont liés à une balle, un gant ou un bâton de baseball.

Il se rappelle d’une photo prise avec Steve Rogers – qui l’avait pris sous son aile – et d’autres légendes liées à un organisme visant à aider les joueurs de baseball aux prises avec des problèmes financiers ou personnels.

« Je suis à côté « Goose » Gossage, Lou Pinella et Hank Aaron. Avec le même badge qu’eux. »

Il rappelle les circonstances de son premier match dans le baseball majeur (1996), à San Francisco, du périple de fou qu’il l’a mené là, et du manque d’échauffement après avoir traversé l’Amérique en avion.

Relativement au nombre phénoménal de témoignages de soutien qu’il a reçu depuis son diagnostic de cancer au cerveau, Derek Aucoin a dit ceci :

« Ça me donne de la force. Je me bats, je continue d’avancer et j’ai une mission. Mais je sens que ça va arriver…  Je vais trébucher. Mais si je tombe un petit peu par en arrière, je sens des dizaines et des centaines de milliers de mains qui  me retiennent. Ça, je le sens. J’en suis reconnaissant et c’est incroyable. »

Derek Aucoin a même expliqué les circonstances qui ont mené à son opération au cerveau.

« C’était une opération d’urgence qui vient avec son lot de risques. Quand tu signes la feuille… Un, tu as une chance d’y rester... Deux, d’être paralysé... Trois, de ne plus avoir de mémoire, de ne pas parler... La liste est longue…

« J’ai demandé à ma belle Isabelle, me femme, mon ange… Quand je vais me réveiller, mets-moi une balle de baseball dans la main. Je savais que si j’étais capable de toucher quatre coutures – la balle rapide à deux et à quatre coutures, ma glissante, mon changement de vitesse… - si j’étais capable de faire ça sans regarder, juste au toucher, tout était correct! »

Écoutez l’entrevue intégrale…

En direct de 07:00 à 11:00
2242
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.