• Accueil
  • Mini-tournoi de la MLS | Les joueurs dans le néant

Mini-tournoi de la MLS | Les joueurs dans le néant

Mini-tournoi de la MLS | Les joueurs dans le néant98.5 Sports
Samuel Piette

Les joueurs de la MLS sont dans le néant concernant le mini-tournoi qui doit s'amorcer sous peu à Orlando en Floride.

La ligue a annoncé lundi soir que le FC Dallas n'allait finalement pas participer à la compétition en raison des nombreux joueurs de l'équipe qui ont contracté la COVID-19. À quelques heures du début du tournoi, on ne connait toujours pas les répercussions de ce forfait. Le calendrier sera-t-il ajusté? Les groupes seront-ils modifiés? Personne ne semble savoir...

Questionné à ce sujet, Samuel Piette de l’Impact n’avait pas de réponse à nous offrir.

« On lit ce qui s’écrit, comme quoi Dallas était lourdement touché par le virus. C’est une équipe seulement, c’était peut-être un cas spécial. On entend qu’il y a des cas dans d’autres équipes, il y a beaucoup de rumeurs. C’est sûr que ça nous inquiète, mais en même temps, on ne fraternise pas avec les joueurs des autres équipes. Nous n’avons pas été en contact avec les joueurs de Dallas. Mais nous ne savons pas comment leur retrait affectera le tournoi ou même si le format va changer. »

Des rumeurs circulent aussi sur Nashville qui aurait jusqu’à cinq cas de covid aussi. Mais même si Piette a un ami dans ce vestiaire en Daniel Lovitz, l’ancien de l’Impact. Le milieu de terrain montréalais n’avait pas d’information sur ce dossier.

Piette, dont la conjointe attend un bébé cet automne, n’a jamais vraiment songé se retirer du tournoi, comme cela a été le cas pour la vedette du circuit Carlos Vela.

« J’ai la chance de jouer chez moi, donc ma conjointe est bien entourée. Je sais que ce n’est pas tout le monde qui possède ce luxe. Mais dans mon cas, la naissance est due pour septembre, et d’ici là le tournoi sera terminé. »

Sur le terrain…

L’Impact s’entraine à des heures bizarres depuis son arrivée à Orlando. Si ce n’est pas tôt en matinée, c’est tard le soir.

« S’entrainer à 8 :00 du matin c’est inhabituel. On n’a jamais fait ça. Mais je sais qu’il n’y a pas d’entrainement entre 12h00 et 19h00 à cause de la chaleur, donc il faut s’y faire. »

Difficile pour les équipes de se préparer pour les matchs à venir, car il n’y a pas de match préparatoire ni de matériel vidéo récent à consulter.

« C’est bizarre, car normalement, ça me prend deux ou trois matchs pour trouver mes repères. Là on joue un tournoi qui va se gagner en sept matchs, c’est très court. On n’a même pas de vidéo à étudier. Donc le mieux c’est juste de se concentrer sur nous-même. »

Lors du dernier match de l’Impact au printemps, Samuel Piette jouait avec un nouveau partenaire, Victor Wanyama. Comment les deux vont coexister au milieu de terrain n’est pas encore très clair.

« Je ne veux pas dévoiler la façon dont nous allons jouer. De toute façon, on pourrait jouer d’une façon dans le premier match et faire le contraire dans le match suivant. Mais ce que je sais c’est que Victor est un joueur fort et calme, et il faut trouver un moyen d’exploiter ses forces. »

En parlant de Wanyama, les derniers mois n’ont pas été faciles pour le Kenyan qui venait d’arriver en ville.

« L’isolement a été très difficile pour moi mentalement. Je ne connaissais presque personne et rien de la ville. Les journées ont été longues et difficiles. Mais le fait que ça se passait partout dans le monde en même temps faisait en sorte que je ne me sentais pas seul là-dedans. Je devais prioriser ma santé. Heureusement, lors des dernières semaines je passe beaucoup de temps avec mes nouveaux coéquipiers et j’apprends à les connaitre. »

L’Impact dispute son premier match du tournoi jeudi soir à 20h00 face au Revolution de la Nouvelle-Angleterre, un match qui sera diffusé sur nos ondes.

En direct de 21:00 à 00:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.