• Accueil
  • Boxe bannie au Québec en raison de la COVID-19 | Camille Estephan crie à l’injustice

Boxe bannie au Québec en raison de la COVID-19 | Camille Estephan crie à l’injustice

Boxe bannie au Québec en raison de la COVID-19 | Camille Estephan crie à l’injusticePhoto Vincent Ethier/EOTTM
Le retour de la boxe au Québec sera long

8:09

Le retour de la boxe au Québec sera long

Détails

Si la grande majorité des sports ont repris leurs activités dans les dernières semaines, ce n’est toujours pas le cas de la boxe. 

Les sports de combat font partie de la liste des exceptions de la Santé publique. 

Selon les dernières informations, le directeur national de santé publique, Dr Horacio Arruda, s’apprêterait à interdire la pratique des sports de combat professionnels tant et aussi longtemps qu’un vaccin pour la COVID-19 n’est pas testé et disponible.

Évidemment, cette situation inquiète et frustre énormément le promoteur de boxe, Camille Estephan, du Groupe Eye of the Tiger Management.

En matinée mercredi, il a émis le communiqué suivant :

Le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec a avisé Eye of the Tiger Management (EOTTM) que la Santé publique du Québec envisage d'interdire les sports de combat professionnels jusqu'à l'obtention d'un vaccin ou d'un traitement contre la Covid-19. 

Comme une telle décision aurait des conséquences irréversibles pour la boxe québécoise, EOTTM demande la mise sur pied d'un comité de travail impliquant la Santé publique du Québec, la Régie des Alcools, des Courses et des Jeux (RACJ) ainsi que des acteurs du milieu de la boxe afin de discuter des enjeux et des solutions qui pourraient être envisageables.

Un protocole élaboré par l'organisation montréalaise visant à définir les mesures sanitaires à adopter dans le but d'assurer la sécurité des participants en vue d'une éventuelle reprise d'événements de boxe professionnelle à huis clos fut soumis aux autorités de la Santé publique il y a maintenant plus d'un mois. 

Après les avoir relancés à plusieurs reprises, ceux-ci ont finalement organisé une rencontre avec la RACJ et un représentant de la CNESST le 25 juin afin de préparer le guide de normes sanitaires. C'est donc avec stupéfaction qu'EOTTM apprenait hier que la Santé publique a changé d'avis et considère maintenant interdire les sports de combat professionnels jusqu'à nouvel ordre.

«Tout comme le hockey, les sports de combat font partie intégrante de la culture québécoise depuis plusieurs décennies. Qu'on pense à Georges St-Pierre, Lucian Bute ou encore David Lemieux, nos athlètes québécois contribuent au rayonnement de la province aux quatre coins du monde tant au niveau professionnel qu'olympique. La décision que le Dr. Arruda s'apprête à prendre causera des dommages irréparables pour le sport ainsi que pour nos boxeurs qui seront forcés à l'inactivité pour une trop longue période et qui se verront dépouillés de leurs ceintures et classements mondiaux»

«Nous avons été proactifs et avons soigneusement élaboré notre plan de relance en étudiant ce qui se faisait ailleurs dans le monde au sein des autres organisations de boxe professionnelle ou de combats ultimes qui ont pour leur part déjà renoué avec l'action depuis quelque temps. Nous avons tenté à maintes reprises d'établir un dialogue et de travailler de concert avec la Santé publique, mais force est d'admettre qu'il semble y avoir un préjugé contre la boxe puisqu'ils ne veulent rien entendre et n'ont aucune justification valable pour expliquer une telle décision. C'est extrêmement illogique et aberrant compte tenu que tous les secteurs d'activités ont repris, dont les endroits tels que les bars ou encore tous les autres sports, où l'on constate que la distanciation physique est difficile, voire impossible à respecter»

En direct de 15:00 à 18:30
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.