• Accueil
  • Impact de Montréal | Un pari audacieux qui n’a pas fonctionné pour Henry

Impact de Montréal | Un pari audacieux qui n’a pas fonctionné pour Henry

Impact de Montréal | Un pari audacieux qui n’a pas fonctionné pour HenryCogeco Media

Tel un joueur au casino, Thierry Henry doit jouer contre la maison, qui, comme on le sait, a toujours l’avantage. En raison de la situation dans laquelle la pandémie a placé l’Impact, les chances sont nettement contre le club montréalais. 

Dans le but de tenter de maximiser ses probabilités, Henry a décidé de tout miser sur ses meilleurs, advienne que pourra. Mais quand on double la mise, si cela ne fonctionne pas, tu payes un prix encore plus élevé. C’est ce qui arrive présentement à l’Impact.

En plus de ne pas avoir gagné lors des trois derniers matchs, les joueurs réguliers sont blessés ou fatigués. Quant aux joueurs de banc, ils n’ont pas de continuité dans les jambes et leur confiance est à la baisse.

Là où tout a basculé

Le match de la semaine dernière -perdu à Vancouver - s’avère celui qui a tout fait dérailler. Rudy Camacho a été expulsé pour un bête geste et cela a coûté la rencontre à l’Impact. Non seulement l’Impact a perdu les trois points au classement de la MLS, mais il a aussi été éliminé du championnat canadien.

Avec un score de 0-0 lorsque le carton rouge est tombé, il n’est pas impossible de penser que l’Impact aurait battu les Whitecaps ce soir-là.

Si ça avait été le cas, il aurait été beaucoup plus facile de faire une bonne rotation contre Philadelphie, ce qui aurait permis à l’Impact d’avoir un groupe plus frais pour les deux derniers matchs du voyage.

Mais à cause de la défaite, Henry a décidé de doubler sa mise et son risque en gardant la majorité de ses partants sur le terrain contre Philadelphie. Comble de malheur, un autre carton rouge est tombé, et malgré un large déficit au score, la majorité des cadres sont restés sur le terrain pour les 90 minutes.

Résultat des courses: une autre défaite et un Saphir Taïder déjà amoché qui ne sera pas disponible pour le match suivant. On a beau dire que l’Algérien s’est blessé à l’entrainement, mardi, mais il portait déjà un bandage à la cuisse dimanche. Difficile de dire qu’on ne l’avait pas vu venir.

Comme un joueur compulsif, une fois rendu là, aussi bien y aller. Comme on dit au poker: « all in ». Encore une fois mercredi, on retrouve les Jukka Raitala, Samuel Piette (qui a raté un match en raison de la naissance de son enfant), Luis Binks, Zachary Brault-Guillard et Victor Wanyama dans le 11 partant. Des joueurs qui n’ont à peu près pas raté une minute de jeu dans le dernier mois.

Malgré des défaites parfois cuisantes, on n’a pas trouvé le moyen de donner à ces joueurs la moindre minute de repos.

Comme il fallait s’y attendre mercredi, l’Impact n’avait pas grand-chose dans le réservoir et le club s’est encore une fois incliné de façon sans équivoque, 3-1. De son propre aveu, Henry reconnait que son club commence à avoir la langue à terre.

« On n’a pas essayé de jouer, on n’a pas voulu jouer ce soir. En fait on a refusé de jouer. J’ai ressenti une certaine fatigue de tout le monde, une fatigue mentale et une fatigue physique. Ce n’est pas évident comme situation avec tout ce que l’on doit vivre. »

Malgré ceci, lorsqu’interpelé sur les changements qui n’ont pas été effectués mercredi soir en dépit du score, Henry avait un autre discours. 

« À un moment donné, tu dois garder une équipe performante sur le terrain. Il faut quand même garder une certaine solidité. Tu ne peux pas changer les 11. Un coach essaye de balancer l’équipe. »

Le problème, c’est qu’à un moment donné, il faut faire un choix. Qu’est-ce qui est plus important, garder une « équipe balancée » sur le terrain à 3-0, ou préserver l’énergie des joueurs les plus importants? Impossible de faire les deux.

On s’entend, Henry n’a pas un gros jeu dans ses mains présentement. Les cartons rouges, les blessures et l’exil de son équipe aux États-Unis ne sont aucunement de sa faute. Il doit faire du mieux qu’il peut, malgré des embuches qui jouent énormément contre lui.

Mais force d’admettre que le pari qui a récemment été pris n’a pas fonctionné. Et à cause de cela, dimanche, face aux Red Bulls, la séquence noire risque de s’accentuer.

Une chose est certaine, si l’Impact veut survivre à ce long périple et, éventuellement, se tailler une place en matchs éliminatoires, il aura besoin de la contribution de tous.

Peu importe leur niveau, il faudra leur trouver une chaise et un rôle. Sans quoi, on se dirigera directement vers le mur.

En direct de 10:00 à 12:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.