• Accueil
  • CF Montréal : À quand le moment de tenter de gagner?
98.5 Sports
Le blogue de Jeremy Filosa

CF Montréal : À quand le moment de tenter de gagner?

CF Montréal : À quand le moment de tenter de gagner?
Jeremy Filosa est chroniqueur et animateur au 98.5

Si on pose la question à un partisan, quel devrait être l’objectif d’une équipe sportive, il répondra sûrement: gagner des titres. Un supporteur désirerait toujours voir son club viser la coupe.

Mais la réalité c’est que dans le sport, il y a des cycles. À moins d’être une équipe aux poches creuses qui est prête à toujours dépenser sans limite pour gagner, il y aura des hauts et des bas. 

Parfois, c’est le temps de viser le championnat, et parfois c’est le temps de reconstruire et laisser partir certains éléments que l’on a appréciés.

Les partisans les mieux informés sont capables d’accepter une reconstruction quand c’est nécessaire, en autant que le club mette aussi la pédale au fond lorsque les opportunités de gagner s’offrent à elle.

Un peu d’histoire

Il y a quelques années, Joey Saputo déclarait que l’Impact perdait en moyenne 10M$ par saison, et ce depuis son arrivée en MLS. Il fallait trouver des solutions. À ce moment-là, le club n’avait pas encore fait son entrée dans la danse de la vente et des transferts de joueurs.

Arrive Olivier Renard avec un plan de match pour pallier cette problématique. Si l’équipe n’arrive pas à faire un profit via les commandites, les ventes de billets, de maillots ou les droits de télévision, la vente de quelques joueurs peut au moins aider à mieux balancer les livres.

De là la vision de recruter de jeunes joueurs pour tenter de les revendre à profit quelques années plus tard.

On doit lever notre chapeau à Renard qui en l’espace de quelques saisons a déniché plusieurs perles rares. Des joueurs comme Mason Toye, Djordje Mihailovic, Kamal Miller et Joël Waterman qui ont tous vu leur valeur grimper depuis leur arrivée ici. Il n’est pas impossible que l’un ou plusieurs de ces joueurs soient vendus à profit cet hiver ou l’an prochain.

C’est une excellente nouvelle pour le propriétaire de l’équipe. Ce l’est un peu moins pour les partisans qui s’attachent aux meilleurs joueurs et les voient rapidement partir. Mais peu importe, ça fait partie du business du soccer, et tout le monde le comprend.

Revenons à notre question

Pour une équipe MLS, il y a deux grands championnats à atteindre, la MLS Cup et le trophée de la Ligue des champions de la Concacaf. Nous voilà d’ailleurs à l’aube du tirage au sort pour cette dernière compétition dans laquelle participera le CF Montréal au printemps 2022.

L’été dernier, le CFM avait le vent dans les voiles et semblait se diriger vers une place potentielle en séries éliminatoires. Mais après avoir évalué le marché, le club a décidé de ne pas ajouter de pièce importante à son effectif, dans le but de sécuriser cette place en séries.

Deux obstacles se dressaient devant le club à ce moment selon le directeur technique Olivier Renard, des contraintes au niveau de la convention collective, mais aussi les montants qu’il aurait fallu débourser.  Renard a expliqué que les Whitecaps avaient fait des ajouts eux, mais qu’ils avaient dû augmenter leur budget dans le but de conclure ces acquisitions. Des investissements qui n’en auraient pas valu le coup selon leur évaluation. Ça peut se justifier.

Finalement, et malheureusement, le club n’a pas accédé aux séries. 

Heureusement par contre, il y a eu cette victoire en championnat canadien. Mais disons-le, la Coupe des Voyageurs, aux yeux de plusieurs est de loin la moins prestigieuse des coupes, si on compare aux trophées mentionnés plus haut.

Ce que le championnat canadien donne par contre, c’est la chance de participer à la Ligue des champions. Une grande portion des plus grands moments de l’histoire du club se sont déroulés dans cette compétition. L’Impact n’a jamais été aussi populaire que lors de sa participation à la finale de la Ligue des champions de la Conacaf devant plus de 60 000 partisans au Stade olympique face à Club America.

Donc à quand le moment de tenter de gagner?

Il y a deux ans, lorsque l’équipe s’était qualifiée pour la Ligue des champions, le timing ne semblait pas bien choisi pour le club de tenter de se lancer dans ce tournoi pour le gagner. Renard venait d’arriver, il tentait de mettre ses premières empreintes sur le club, et l’équipe duquel il avait hérité ne représentait en rien ce qu’il désirait construire. La majorité des partisans l’ont compris et l’ont accepté.

Aujourd’hui, deux ans plus tard, dans la même situation, lorsque la question a été posée en conférence de presse, à savoir si cette fois le club avait l’intention de viser la coupe en faisant quelques acquisitions d’envergure, la réponse a été que la qualification en ligue des champions n’allait pas faire dérailler le plan de recruter principalement des jeunes.

Une réalité qui a vite ramené sur terre ceux qui espéraient encore voir le CFM signer un gros nom. Surtout lorsqu’on entend des noms comme Lorenzo Insigne et Andrea Belotti dans les rumeurs de transfert au Toronto FC.

Il y a plusieurs façons de s’aider à viser un titre, sans toutefois tout chambouler dans son plan organisationnel. Quelques acquisitions de court terme peuvent aussi donner un coup de pouce pour une période donnée, tout en gardant le cap sur la vision à long terme.

Cette équipe, lorsqu’elle est en santé, n’est qu’à quelques joueurs près d’être une équipe compétitive capable de rivaliser pour un titre. Sans dire qu’il faut se lancer dans la fausse au lion à chaque année, il faut aussi de temps en temps montrer aux partisans que cette fois on est « all in ». 

Comme un père qui économise son argent toute sa vie, dans le but de donner une qualité de vie meilleure à sa famille, mais se voit incapable, lorsque le moment est venu, de sortir le chéquier pour justement profiter des moments qui feront plaisir aux siens. Il faut savoir gérer, mais il faut aussi savoir en profiter.

Joey Saputo ne s’est pas exprimé sur la place publique souvent récemment et ce qui manque le plus ce sont ses déclarations d’antan où il exprimait haut et fort son désir de gagner des titres. Ça les gens ont besoin de le réentendre.

Pour moi, cette qualification en Ligue des champions est une bénédiction pour ce club, une chance unique de faire oublier tout ce qui s’est passé en 2021. Mais pour ce faire, Saputo doit nous montrer que le club a cette ambition. Le CFM a la chance de réécrire l’histoire de la MLS en tentant de devenir le premier club de cette ligue à remporter la Ligue des champions.

S’il ne la gagne pas, on lui pardonnera. Mais le simple fait de démontrer sa volonté de vouloir l’atteindre, compterait beaucoup dans le cœur des amateurs qui se demandent, depuis déjà longtemps, à quand le moment de tenter de gagner?  

Le Québec maintenant
En direct de 15:00 à 18:30
0
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.