Aller au contenu
Que l'Estrie se lève

La chaleur a un impact sur les élèves en examen

La chaleur a un impact sur les élèves en examen
La chaleur se fait lourdement sentir dans les classes, selon le SEE. / Archives Getty Images

Il est temps que le gouvernement québécois prenne de front le problème de la chaleur dans les écoles.

Selon Richard Bergevin, président du Syndicat de l'enseignement de l'Estrie, les périodes de canicule entraînent des enjeux dans les classes et des impacts sur les performances des élèves lors des examens. 

«Il commence à être temps que notre gouvernement arrête de regarder la problématique de la chaleur dans les classes de façon ponctuelle, c'est-à-dire au moment où ça se produit», clame-t-il.

«On n'est pas capable de régler le problème demain matin en une journée, mais les gens ont besoin d'avoir un plan national pour être capables d'amener ces changements-là. On demande aux enfants de performer dans leurs examens de fin d'année. Ce matin, c'est l'examen de science technologie de quatrième secondaire, un examen de trois heures dans des classes qui sont à un niveau de température excessif.»

Manque de planification

Sur les ondes du 107,7 Estrie mercredi matin, M. Bergevin critique le manque de planification du gouvernement pour la ventilation des écoles, alors que le temps chaud s’est installé sur l’ensemble du territoire québécois.

«On peut avoir gardé les fenêtres ouvertes la nuit et accumuler un petit peu de fraîcheur dans les classes. Mais aujourd'hui on parle de 33 degrés Celsius et un humidex de 44 à l'extérieur. Si les classes sont un petit peu au sud, avec le soleil qui rentre, il peut faire des chaleurs torrides», dit-il.

«Les chaleurs qui ne sont pas adéquates pour performer pendant les examens du ministère de l'Éducation.»

Bureaucratie

Le cas d’une initiative bloquée par la bureaucratie à Mont-Tremblant, où Joanie Beaulieu a obtenu 42 climatiseurs sans pouvoir les installer dans les classes d’une école est révélateur, ajoute Richard Bergevin.

«Les problèmes de bureaucratie viennent souvent avec les problèmes de vétusté des écoles. Il ne faut pas que la bureaucratie bloque les belles initiatives, mais il faut aussi qu'on se mette dans des conditions pour être capable d'avoir de belles conditions pour les enfants», commente-t-il par ailleurs.

«C'est au ministre de l'Éducation de prendre les initiatives nécessaires pour être capables de s'assurer que tout se fait dans l'ordre et correctement. On est capable d'avoir des bonnes conditions pour nos enfants pour faire leurs examens.»

Écoutez l’entrevue accordée à Jean-Sébastien Hammal.

À écouter aussi:

Chaleur accablante: une menace sérieuse pour les travailleurs vulnérables

Examens de fin d'année: «Il y a des jeunes qui jouent leur année»

Abonnez-vous à l’infolettre du 107.7 Estrie!Abonnez-vous à l’infolettre du 107.7 Estrie!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Jean-Sébastien Hammal

Participer au vidéoclip d'une nouvelle chanson
«On vit le 1er juillet à l'année longue» - Manque de logements à Magog
«On continue notre travail, convaincre les sceptiques» - Raïs Kibonge

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Les meilleurs moments
En direct
En ondes jusqu’à 03:00