Aller au contenu
Une aide de deux millions $ de Québec

De nouveaux services psychologiques pour les élus municipaux

De nouveaux services psychologiques pour les élus municipaux
La ministre Andrée Laforet / Tirée de Facebook

Devant le cri du coeur de plusieurs maires et conseillers des villes du Québec, la ministre des Affaires municipales, Andrée Laforest, a annoncé mercredi matin que de nouveaux services d'aide psychologique seront offerts aux élus et à leur famille.

Le gouvernement du Québec versera plus de deux millions $ pour offrir ces services. D'ailleurs, une ligne téléphonique d'aide est disponible dès maintenant.

La ministre Laforest en a fait l'annonce à Rivière-du-Loup.

«Les élus municipaux, contrairement aux employés des Villes, n'avaient aucun accès à ce genre de service. Donc il fallait agir rapidement», a-t-elle mentionné.

«Il y a des départs des élus. Ce n'est pas toujours évident pour eux. Il y a eu les feux de forêt, les inondations et la situation d'itinérance aussi qu'on accompagne énormément.»

700 démissions

Ce sont l'Union des municipalités et la Fédération des municipalités qui recevront l'argent pour offrir des services d'aide à leurs membres.

Rappelons que le monde municipal est secoué par plus de 700 démissions depuis les élections de 2021.

De nombreux élus ont dénoncé une augmentation des insultes et des menaces à leur endroit.

Écoutons la ministre Andrée Laforest en conférence de presse à Rivière-du-Loup.

Rendre le monde municipal attractif

«Nous préparons les prochaines élections municipales, soutient Jacques Demers, président de la Fédération des municipalités du Québec. Si nous voulons que le monde municipal soit attractif, il faut en parler de façon positive.»

«Quand des employés municipaux éprouvent des problèmes, on met en place des outils pour leur venir en aide. On le fait aussi pour les élus. Ce n’est pas miraculeux ce que l’on propose. Il y a des formations offertes aux personnes qui se lancent en politique municipale.»

La possibilité de débattre semble se perdre dans notre société. Le climat malsain qui s’est installé dans certains conseils municipaux ne doit pas être alimenté par les élus, ajoute le maire de Sainte–Catherine-de-Hatley et préfet de la MRC de Memphrémagog.

«Il y a quelque chose qui se passe. On voit de plus en plus quand on entre dans les magasins qu’on ne tolérera pas les propos injurieux et déplacés», fait remarquer M. Demers, invité à l’émission Midi Actualité.

«Lors des conseils municipaux, on doit pouvoir faire valoir son point. Des fois le ton lève un peu. Ça arrive. Moi, les réunions dont je suis le plus satisfait c’est quand tout le monde a pu s’exprimer et qu’on a fait avancer les dossiers.»

 

Tirée de Facebook

Source: Tirée de Facebook

Abonnez-vous à l’infolettre du 107.7 Estrie!Abonnez-vous à l’infolettre du 107.7 Estrie!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Martin Pelletier

Hydro-Québec projette des investissements de 1,3 G$ en Estrie
Une victime du tabac de l'Estrie déplore la lenteur des recours collectifs
Le recours des victimes du tabac au Québec a plus de 25 ans

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
En direct
En ondes jusqu’à