Aller au contenu
Financement populaire

L'année commence mal entre François Legault et le monde municipal

L'année commence mal entre François Legault et le monde municipal
Jacques Demers / MRC de Memphrémagog

L'année commence mal entre François Legault et le monde municipal. En mettant fin au financement populaire, le premier ministre François Legault a tenté de réparer un pot qui n’était pas cassé.

Jacques Demers, président de la Fédération québécoise des municipalités, flaire une odeur d’improvisation dans cette décision qui fait suite aux scandales des activités de financement de la CAQ pour lesquelles on invitait des maires à débourser 100 $ pour avoir accès à un ou une ministre.

«Ce qui est inacceptable c’est de monnayer à un ministre pour faire de l’influence», insiste M. Demers.

«Arrêter le financement populaire, M. Legault peut le faire pour sa formation politique, mais on en a besoin dans le monde municipal.»

Activités partisanes

Les gens qui ont envie de participer à des activités partisanes sont libres de le faire, sans devoir payer pour aller entendre un ministre ou une ministre, ajoute-t-il. «Les gens sont libres d’y aller», dit M. Demers, lors d’une entrevue accordée à Jean-Sébastien Hammal lundi matin.

«On ne doit pas promettre de faire avancer un dossier avec une présence à une activité politique.»

À lire aussi: La commissaire n’enquêtera pas sur Gilles Bélanger

Abonnez-vous à l’infolettre du 107.7 Estrie!Abonnez-vous à l’infolettre du 107.7 Estrie!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Jean-Sébastien Hammal

«Un tour de sécheuse? C'est un peu ça», dit-il
Jean Charest: «Il avait demandé à me voir»
Jocelyn Proulx: «On est prêts!»

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Musique
En direct
En ondes jusqu’à 07:00