Aller au contenu
Candidature de Denis Coderre au PLQ

Il traîne encore une «odeur de magouilles» - Robert Benoit

Il traîne encore une «odeur de magouilles» - Robert Benoit
Denis Coderre / Archives PC

Le nouveau candidat à la chaufferie du Parti libéral du Québec (PLQ), Denis Coderre, ne peut compter sur l’appui de l’ancien député d'Orford, Robert Benoit. 

«Pas pantoute», lance-t-il.

Vendredi matin sur les ondes du 107,7 Estrie, M. Benoit est resté fort critique envers l’ancien maire de Montréal qui traîne encore «autour de lui une odeur des magouilles du centenaire du 375ᵉ anniversaire de Montréal et au scandale des commandites.»

«Il y a à peu près aucun député qui l'appuie.»

M. Benoit souhaite voir quelqu'un de la «nouvelle génération» prendre la tête du PLQ. Son candidat idéal apportera de nouvelles idées pour faire avancer la formation politique qui a déjà lui plus intensément dans les sondages.

«Quand je regarde l'histoire du parti, Ryan, Bourassa, Dr Couillard, Daniel Johnson, ces gens-là sont arrivés avec des orientations. Je me souviens de Robert Bourassa en 85. On savait où M. Bourassa voulait s'en aller avec la privatisation des certaines entreprises. Là, on n’a aucune idée à part de savoir qu’il est allé à Compostelle. Bravo! Mais à part ça, on ne sait pas grand-chose.»

À écouter:

«Denis Coderre veut faire 125 soupers spaghettis dans les 125 circonscriptions»

Denis Coderre se lance officiellement dans la course au leadership du PLQ

Archives Getty Images

Source: Archives Getty Images

Donald Sutherland et Magog

Invité lors de l’émission Que l’Estrie se lève, Robert Benoit a rendu hommage à Donald Sutherland, l’acteur canadien qui est décédé à 88 ans. 

Ce dernier possédait une maison dans la région de Magog. Il a été un grand défenseur du lac Memphrémagog, se souvient M. Benoit.

On pouvait le croiser à l'épicerie à Magog, dit-il. «M. Sutherland faisait son épicerie avec son petit panier, comme tout le monde», raconte Robert Benoit.

«Il était habillé comme le dernier des Mohicans. Vous ne l'auriez jamais reconnu avec son chandail plein de trous, ses bas ravalés et son chapeau un peu froissé.»

Écoutez l’entrevue accordée à Jean-Sébastien Hammal.

À écouter aussi:

Mort de Donald Sutherland: «Il adorait les gens»

Abonnez-vous à l’infolettre du 107.7 Estrie!Abonnez-vous à l’infolettre du 107.7 Estrie!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Jean-Sébastien Hammal

La cote de crédit du Québec: «Une absence de mauvaises nouvelles pour la CAQ»
«On vit le 1er juillet à l'année longue» - Manque de logements à Magog
«On continue notre travail, convaincre les sceptiques» - Raïs Kibonge

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Que l'Estrie se lève
En direct
En ondes jusqu’à 10:00