Aller au contenu
Une intervenante de la DPJ agressée

Sécurité des palais de justice: les constables spéciaux reviennent à la charge

Sécurité des palais de justice: les constables spéciaux reviennent à la charge
Le Syndicat des constables spéciaux du Québec réclament plus de moyens pour assurer la sécurité dans les palais de justice. / Site web Syndicat des constables spéciaux

Au lendemain d’une violente agression survenue contre une intervenante de la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) au palais de justice de Sherbrooke, les constables spéciaux demandent plus de moyens pour assurer leur sécurité et celle des intervenants et du public.

Mardi midi, Frank Perales, président du Syndicat des constables spéciaux du gouvernement du Québec, était appelé à réagir à la nouvelle diffusée par La Tribune rapportant que l’intervenante de la DPJ se serait fait projeter sur un mur par une mère en colère lundi matin.

Au micro du 107,7 Estrie, M. Perales s’est dit désolé de devoir encore une fois revendiquer une meilleure sécurité pour ses membres.

«Nous demandons depuis des années de rehausser la sécurité dans les palais de justice», se plaint-il.

«Nous demandons des détecteurs de métal et des appareils à rayon X dans les palais de justice.»

Le syndicat souhaite aussi qu'on assigne des agents dans les salles de cour.

Frank Perales reconnaît qu’on l’a échappé belle, que la situation aurait pu atteindre un autre niveau de violence si, par exemple, la personne avait été armée.

«Ça aurait pu avoir des conséquences très graves», reconnaît-il. 

«Une meilleure protection, ça peut dissuader des gens mal intentionnés.» 

M. Perales ajoute que des discussions ont eu lieu entre son syndicat, les bâtonniers et la magistrature afin de faire pression sur les autorités gouvernementales pour accroître la sécurité. 

«Nous menons le même combat, ajoute le chef syndical. Il y a un temps pour parler, il y a un temps pour agir… Nous sommes rendus au temps pour agir.»

«Nous sommes tous dans le même bateau. Le public veut entrer dans les palais de justice et être en sécurité.»

Écoutez l'entrevue accordée à Martin Pelletier. 

À écouter aussi:

«Parfois, il n'y a aucun constable dans le palais de justice»

Abonnez-vous à l’infolettre du 107.7 Estrie!Abonnez-vous à l’infolettre du 107.7 Estrie!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Martin Pelletier

La convergence des congrès de la CAQ, QS et du PLQ
Un commerçant demande à la Ville de revoir ses plans
Les RPA ne sont pas adaptées pour les personnes âgées en perte d'autonomie

Vous aimerez aussi

0:00
6:21
L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Parlons-nous
En direct
En ondes jusqu’à 20:00