Aller au contenu
Fermeture de lits au CIUSSS

«Il ne faut pas hésiter à aller chercher des soins»

«Il ne faut pas hésiter à aller chercher des soins»
Malgré des effectifs réduits, on assurera les services au CIUSSS de l'Estrie - CHUS, assure la direction de l'établissement. / Archives Getty Images

Malgré les fermetures de lits et les manques d'effectifs annoncés pour la saison estivale, la population ne doit pas hésiter à se faire soigner. 

Les gens qui ont des urgences, des problèmes de santé, ne doivent pas hésiter à consulter, mentionnent Yann Belzile, directeur des ressources humaines, et Karine Duchaineau, directrice générale-adjointe des programmes sociaux au CIUSSS de l’Estrie- CHUS.

«On répète que c’est important d’aller chercher des soins. Oui, on peut aller à l'urgence, mais le numéro à retenir, c'est le 811. Pour les conseils de santé, un problème de santé mentale ou si j'ai besoin de voir un médecin, je vais rejoindre le guichet d'accès populationnelle. La ligne 1 866 appelle, si j'ai des idées suicidaires, c'est un service 24 sept», a énuméré Mme Duchaineau.

174 lits fermés

On apprenait jeudi matin que les services de santé seront réduits cet été en Estrie en raison de la pénurie de personnel et des vacances estivales. Le CIUSSS estrien devra fermer 174 lits cet été partout en Estrie dans les différents points de service, comprenant les CHSLD.

Pour les blocs opératoires, 65% seront maintenus pour l'été, d'ailleurs pour le CHUS Fleurimont et Hôtel-Dieu, il y aura 3 salles en moins qui seront en activité.

A l'Hôpital Memphrémagog, les deux salles d'opération seront fermées pendant 4 semaines, soit du 29 juillet au 25 août. 

Malgré un manque de 2000 travailleurs en santé en Estrie, 300 se sont ajoutés pour la saison estivale, une amélioration qui démontre les efforts du CIUSSS quant aux conditions offertes à ses employés. selon le directeur des ressources humaines, Yann Belzile.

Plan d'action

Il y a toutefois de l’espoir à l’horizon, assure le gestionnaire.

«Le marché du travail ne nous aidera pas encore cet été. Le besoin en main-d'œuvre va aller de 1500 à 2000 personnes, tout dépendant du moment de l'été. Alors, c'est sûr et certain qu'il y a tout un défi devant nous», analyse-t-il. 

«Est-ce que ça aurait pu être pire? Certainement. Mais heureusement, à partir de 2022, en ayant appris de 2021, on s'était donné un plan d'action. Ce plan d'action commence à sérieusement nous aider.»

Écoutez l’entrevue accordée à Martin Pelletier.

À écouter aussi:

«Le réseau est comme un énorme fromage suisse»

Abonnez-vous à l’infolettre du 107.7 Estrie!Abonnez-vous à l’infolettre du 107.7 Estrie!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Martin Pelletier

Les RPA ne sont pas adaptées pour les personnes âgées en perte d'autonomie
10 millions $ pour soutenir la recherche à l'Université de Sherbrooke
Un commerçant demande à la Ville de revoir ses plans

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Les amateurs de sports
En direct
En ondes jusqu’à 00:00