Aller au contenu
Nouvelle taxe sur l'immatriculation

«L'argent doit servir au transport en commun» - Hélène Dauphinais

«L'argent doit servir au transport en commun» - Hélène Dauphinais
Hélène Dauphinais / Tirée de Facebook

Quand la mairesse de Sherbrooke Évelyne Beaudin a expliqué sur les ondes du 107,7 Estrie l’imposition d’une éventuelle taxe sur l’immatriculation aux automobilistes sherbrookois, la conseillère Hélène Dauphinais considérait qu’il manquait un côté à la médaille.

La conseillère du District du Pin-Solitaire se dit en accord «en autant que l'argent de cette taxe-là serve vraiment au transport en commun et non pas, par exemple, au déneigement de pistes cyclables additionnelles», mentionne-t-elle au micro de l’émission Que l’Estrie se lève.

«Ce que je veux préciser c’est que cet argent doit absolument être mis dans le transport en commun. Cependant, il y a un jeu de vases communicants qui pourrait être fait. Disons qu'on va chercher 6 millions $ avec la taxe sur le transport en commun. Ça veut dire qu'on pourrait prendre le 6 millions d'immatriculation, mettre dans le transport en commun, réduire notre contribution. Ça ferait une grande marge de manœuvre qui vient d'être libérée de 6 millions dans notre budget d'opération.»

Mardi soir, on apprenait que la Ville de Sherbrooke a signalé son intention d’imposer une taxe sur l’immatriculation. L’argent servirait à soutenir le transport en commun, rappelons-le.

Les municipalités avaient jusqu’au 15 mars pour signifier cette possibilité à la SAAQ.

«J'ai dit mardi soir qu’on va devoir me convaincre que c'est nécessaire. J’ai aussi dit que je n'aime pas la taxe sur l'immatriculation, car c'est un peu comme refiler une taxe aux citoyens en la cachant un peu», a-t-elle commenté.

«Au final, si on ajoute la taxe piscine, l'augmentation de taxe qu'on vend dans l'opération de relations publiques, ce n'est pas la véritable information qu'on donne. Pour un parti qui s'est engagé à la transparence, ce n'est pas du tout ça qui se passe.»

Mauvaise habitude

Les politiciens ont développé la mauvaise habitude de dépenser les nouvelles sommes qui leur sont allouées, enchaîne Mme Dauphinais, questionnée par l’animateur Jean-Sébastien Hammal.

«Quand on leur donne accès à une nouvelle enveloppe, ils vont rapidement trouver des façons de dépenser l'argent. Il faut se poser la question pour chaque dollar qu'on va chercher dans la poche du citoyen, parce que c'est toujours à la même place qu'on va chercher l'argent», soutient-elle. 

«Est-ce que l'utilité qu'on en fait va donner un bénéfice suffisant à la population? C'est ce qui fait en sorte qu'il va falloir qu'on travaille très fort dans le dernier budget, dans le dernier exercice budgétaire.»

Écoutez l'entrevue accordée à Jean-Sébastien Hammal.

Abonnez-vous à l’infolettre du 107.7 Estrie!Abonnez-vous à l’infolettre du 107.7 Estrie!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Marc Bryson

Une manière de sauver la vie de son prochain: on doit en parler
Grève des chauffeurs d'autobus: L'argent est là, qu'attendons-nous ?
Plusieurs journées de grève des chauffeurs s’ajoutent

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Midi actualité
En direct
En ondes jusqu’à 15:01