Aller au contenu
Rapport accablant caché depuis 2022

La conseillère Hélène Dauphinais exigera des réponses

La conseillère Hélène Dauphinais exigera des réponses
Hélène Dauphinais, conseillère du District du Pin-Solitaire / Ville de Sherbrooke

Un rapport vieux de 2022 critiquant la gestion de l'agenda politique par les administrations de l’ancien maire Steve Lussier et d'Évelyne Beaudin, mairesse actuelle de la Ville de Sherbrooke, pèsera lourd sur la séance du conseil municipal de mardi soir.

La conseillère indépendante Hélène Dauphinais déplore que le rapport, dont La Tribune faisait part en fin de semaine, soit demeuré caché aussi longtemps. Elle attend des réponses sur l'absence de suite donnée au rapport lors de la prochaine séance du conseil municipal.

«Pourquoi on n'a pas donné suite à ça, alors que le rapport semble être assez dévastateur, avec dix fois plus de commentaires négatifs que de commentaires positifs?», demande-t-elle.

«On paie des gens pour faire des études parce qu'il y a des problématiques et après on ne fait rien avec les conclusions parce que ça ne fait pas notre affaire. C'est la question à laquelle je vais demander une réponse de la mairesse et de son équipe. Pourquoi qu'il n'y a pas de suite à ça?»

Sur les ondes du 107,7 Estrie, Mme Dauphinais a exprimé son inquiétude quant au non-respect des agendas, la microgestion et l'ingérence politique. 

En format PowerPoint

Elle a aussi critiqué le coût de l'étude au coût de près de 50 000 $ et le format PowerPoint du rapport, qui laisse place à l'interprétation. 

Pourquoi ce rapport fait surface au mois d'avril 2024? se demande-t-elle. La conseillère municipale du district du Pin-Solitaire suppose que quelqu'un «veut régler des comptes en faisant couler de l'information.»

«Vers la fin de 2022, on était quatre élus indépendants. On disait qu’il y a des choses qui ne fonctionnent pas. Ça manquait de transparence. Je rappelle aussi que c'était une des lignes sur lesquelles le parti Sherbrooke Citoyen avait bâti sa campagne. On va être transparent. Vous vous rappelez les pancartes où la mairesse était en blanc? Elle vantait la transparence.»

Le rapport porte sur les perceptions des employés de la Ville de Sherbrooke de la gestion de l'agenda politique. On y retrouve des critiques envers le comité exécutif. notamment de non-respect des agendas, de manque de confiance envers l'administration, de microgestion et d’ingérence politique.

Écoutez l’entrevue accordée à Jean-Sébastien Hammal.

À écouter aussi:

Pierre Harvey: «Il y a un manque de compréhension entre les élus et les fonctionnaires»

Abonnez-vous à l’infolettre du 107.7 Estrie!Abonnez-vous à l’infolettre du 107.7 Estrie!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Jean-Sébastien Hammal

Une nouvelle chronique sur les pistes cyclables
Trump: coup de marketing plutôt qu'une véritable consultation?
Hélicraft implante une nouvelle base à Magog

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Le Québec maintenant
En direct
En ondes jusqu’à 18:30