Aller au contenu
Geneviève Biron, «top gun» de la Santé

«Nous voulons des résultats» - Paul Brunet, de la protection des malades

«Nous voulons des résultats» - Paul Brunet, de la protection des malades
Jean-Sébastien Hammal / Cogeco Média

Paul Brunet, président du Conseil pour la protection des malades, est prêt à se montrer patient à la suite de la nomination de Geneviève Biron, qui a été nommée à la tête de la Société d'État santé Québec.

Celle qu’on peut désigner comme la fameuse «top gun» promis par le ministre de la Santé, Christian Dubé, a réclamé du temps afin de se familiariser avec la machine. 

«Madame Biron a demandé du temps: Donnez-nous du temps. Elle a un contrat de trois ans. Il y a deux façons de l'analyser. On peut dire elle est honnête, elle est transparente, puis elle le sait très bien que ça ne va pas se régler en claquant des doigts», explique-t-il.

«Le ministère de la Santé, c'est tout un paquebot ou en contrepartie, il y en a qui vont dire oui, ce n'est pas très encourageant pour quelqu'un qu'on va payer 650 000 $ par année de se faire dire Donnez nous du temps alors qu'on veut des résultats.»

Mais la patience de M. Biron aura une fin.

«Il faut que d'ici un an, on commence à voir une vraie différence et surtout une diminution dans les listes d'attente, que ce soit en chirurgie, en soins à domicile, dans les différents autres domaines», a-t-il commenté lors de l’émission Que l’Estrie se lève mardi matin.

«Si on ne commence pas à avoir une vraie différence dans la diminution, on va commencer à se questionner. On veut des résultats, ça fait des années qu'on parle de ça. On est un peu exaspérés. C'est sûr que la pression va être sur son dos et sur celui de son équipe. On va leur donner toute la chance dont ils ont besoin. Mais il faut que d'ici un an, à mon avis, on commence à voir une vraie différence et une vraie diminution. Sinon ça va commencer à sentir moins bon.»

Craintes de privatisation 

Mme Biron était présidente de Biron Groupe Santé. Elle sera soutenue par Frédéric à Bergen du CHUM. 

Sa nomination, issue du secteur privé, suscite des craintes de privatisation de la santé. 

Paul Brunet a souligné l'importance des valeurs personnelles sur le secteur privé ou public et insiste sur la nécessité de résultats tangibles, notamment une réduction des listes d'attente, dans l'année suivant l'entrée en fonction de Biron. 

Il évoque également le défi de changer la culture organisationnelle du ministère de la Santé et l'importance de la collaboration de tous les acteurs du système.

Écoutez l’entrevue accordée à Jean-Sébastien Hammal.

Grande patronne de Santé Québec: «Avoir le système de santé qu'on mérite» - Geneviève Biron

Abonnez-vous à l’infolettre du 107.7 Estrie!Abonnez-vous à l’infolettre du 107.7 Estrie!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Jean-Sébastien Hammal

Dernière cheffe d’antenne à livrer un bulletin à TVA Sherbrooke
Jean-Luc Mongrain: de Télé 7 à la crise des médias
Tendances vacances: 95% prévoient faire des activités dans la province

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
En direct
En ondes jusqu’à